Univers mobile : qui imposera sa technologie ?

 

Pour rebondir sur l’analyse d’Etienne Bureau concernant l’hétérogénéité de l’univers mobile, il est peut être intéressant d’observer la recomposition des télécoms mobiles pour comprendre l’incroyable diversité technologique et les avantages que peuvent en tirer les utilisateurs.

Effectivement, chaque acteur met en place sa plateforme de développement et ses offres de services multimédia (leur App Store, leur iTunes, etc.) autour de lancement de nouveaux terminaux.

Ceci est finalement une bonne chose pour les utilisateurs car les constructeurs repoussent chaque jour les défis techniques de leurs produits. Toutefois, combien de constructeurs de téléphones (ou d’acteurs de la téléphonie mobile) seront capables de maintenir cette cadence infernale du toujours plus ?

  • Apple, Nokia, RIM, (voire Palm) font le pari d’être à la fois constructeurs, fournisseurs de services multimédia, d’un OS et d’une plateforme de développement.
  • Microsoft, Google et d’autres « ne disposent que » de leur OS et de leur plateforme de développement avec quelques services à valeurs ajoutées. Pour le moment, ils s’appuient sur des partenaires pour diffuser des terminaux supportant leurs logiciels
  • Les autres constructeurs essaient de suivre tant bien que mal en allant au delà de leur métier de base ou en nouant des partenariats avec les marques précitées.

 

Aussi la question qui se pose est : est-ce que tous les acteurs peuvent se permettre d’offrir des services et des technologies différentes en suscitant de vrais engouements auprès des utilisateurs ou des communautés de développeurs ?

Il probable que non car la différenciation et l’indépendance technologique risquent de coûter cher. Il devient difficile de se distinguer des marques dominantes dans ce domaine.

Finalement, il est possible que 3 ou 4 acteurs puissent se partager les plus grosses parts de marché des utilisateurs de Smartphones. En ce moment, Apple imprime le rythme des changements dans cette industrie sans pour autant dominer l’ensemble du parc.

Alors oui, on assiste déjà à une nouvelle hétérogénéité technologique bien que les objectifs initiaux de Google ou même de Sun étaient d’uniformiser les technologies mobiles afin de réduire les coûts et les problèmes de portabilité d’applications; par exemple entre l’ordinateur et le mobile d’une part et entre les différents modèles de terminaux d’autre part. Ont-ils totalement renoncé à cette idée?

Il y a quand même eu des progrès sur les navigateurs des téléphones mobiles (Safari d’Apple, MiniMap de Nokia, le navigateur de Google Android). Ces derniers dérivent effectivement d’un socle commun, le moteur de rendu WebKit… ce qui uniformise par exemple le rendu des services mobiles sur certains terminaux.

En définitive, cette diversité permettra d’offrir plus de possibilités sur les appareils mobiles et suscitera l’intérêt des sociétés qui veulent saisir l’opportunité d’être présent sur ce canal de communication en pleine mutation. En conséquence, les innovations et les services attractifs seront toujours plus nombreux pour les utilisateurs.

Voir aussi :

 

Blogs

L’univers mobile restera hétérogène, au grand bénéfice des utilisateurs

Fragmentation(s) du parc mobile entre OS et au sein des différentes familles

Médias

Pour généraliser les usages, les constructeurs devront adapter leurs smartphones – Le Journal du Net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *