Archive

Articles taggués ‘Open Source’

Lyon Jug du 21 février 2012

Le sujet du jug de ce jour était double: l’open-source en SSII, et la démonstration d’une future fonctionnalité de Glassfish, le rolling-upgrade, justement développé par une SSII spécialisée en open-source.

L’open-source en SSII

Jérôme Petit, Directeur de l’activité Nouvelles Technologies du SI à SERLI, nous a  présenté les possibilités de contribution open-source en SSII. Cette société réalise 10% de ses développement en open-source, ce qui représente 1200 jh.

Il nous a exposé le comment et le pourquoi de l’open-source en SSII.

Pour contribuer en open-Source, il faut communiquer avec les managers responsables des composants open-source, (Emmanuel Bernard pour Hibernate par exemple), ensuite il faut gérer le projet comme un projet classique, en respectant les délais par exemple, et non pas uniquement sur le temps d’inter-contrats.

Les raisons pour lesquelles on peut contribuer en open-source semblent poser un problème commercial: il y a des cas particulier où le projet est sponsorisé par un éditeur open-source, mais en général, il faut contribuer sans facturation client.

Dans ce cas les intérêts se situent dans ce que l’on appelle les cercles vertueux, à partir d’une contribution open-source on gagne :

  • d’une part en compétence interne: cela apporte une expérience plus exigeante aux collaborateurs et entraine de plus des recrutements de profils plus qualifiés
  • d’autre part  sur la visibilité de l’entreprise auprès de clients : cela donne une meilleure image de l’entreprise au point que les clients viennent spontanément: c’est finalement moins couteux, et plus valorisant qu’une campagne de publicité.

Le rolling-upgrade

La fonctionnalité de Rolling-Upgrade nous était présentée par son développeur: Marian Muller.

Ce sujet avait été présenté au DEVOXX de l’année dernière. On a eu droit à une impressionnante démonstration en live de déploiement Glassfish. Surtout impressionnante de facilité: grâce à cette fonctionnalité une simple ligne de commande permet de déployer une application en quelques secondes, et surtout sans interruption de services.

La fonctionnalité de rolling-update fait suite à la fonctionnalité de « application versionning » développée également par SERLI et déjà présente dans Glassfish 3.1: http://weblogs.java.net/blog/serli/archive/2010/08/30/how-use-glassfish-application-versioning

Pour illustrer les difficultés d’en faire autant avec les outils actuels, Robert, la mascotte de l’entreprise montrait son contentement et son mécontentement faces aux solutions actuelles et futures.

Robert (j'ai l'impression de l’avoir déjà vu à la télé)

Si on veut assurer une continuité de service aujourd’hui, il faut un cluster de serveur Glassfish, basculer toutes les sessions vers un serveur hébergeant la version inchangée pendant le déploiement, déployer la nouvelle version sur les autres serveur, et relancer la bascule vers la totalité des serveurs. Ces opérations sont manuelles et fastidieuses pour l’équipe d’exploitation chargée du déploiement.

Face à ce constat, on nous montre ensuite la même opération avec le rolling-upgrade, une simple ligne de commande et l’application est déployée, les clients Web n’ont pas vu la coupure du serveur. Robert est content.

L’astuce de l’évolution est d’insérer un « RequestHolder » qui maintient les requêtes entrantes actives le temps de la bascule entre ancienne et nouvelle version, et ce afin d’empêcher les erreurs 404 et 503 de se produire pendant le déploiement.

La ligne de commande :

$asadmin enable foo:BETA-1.1 –rolling-upgrade

Cependant, tout n’est pas encore parfait puisqu’avec ce déploiement on perd les sessions, provoquant par exemple la déconnexion.  Une évolution future est prévue pour rétablir les sessions dans la nouvelle version déployée afin d’éviter les déconnexion.

Grâce à cette fonctionnalité de Glassfish 4.0 tout déploiement sera totalement transparent pour l’utilisateur, tout en restant très simple pour l’équipe d’exploitation.

Categories: Actualités Tags: , ,

Ma tasse de Java s’ouvre au IcedTea

Difficile de passer à côté de l’information pour ceux qui évoluent dans son écosystème : Java 7 est sorti cet été! Même s’il est encore tôt pour croiser cette dernière version dans un environnement professionnel, les plus intéressés ont déjà pu se faire une idée en l’installant ou grâce à la multitude d’articles sur le web. Il est une news qui fait moins de bruit mais qui revêt un intérêt particulier pour peu qu’on soit libriste, c’est la sortie récente d’IcedTea 2.0.

Qu’est-ce qu’IcedTea?

Rafraîchissons nos bases : les Java Specification Requests (JSR) décrivent les spécifications du langage et du framework Java. N’importe qui est libre d’implémenter (et de proposer) ces JSR et ainsi de créer ses propres JVM, JRE et/ou JDK. Parmi ces implémentations, OpenJDK est une ouverture du code source du JDK de (feu) SUN dont le développement est maintenant distinct de l’implémentation d’Oracle. Malheureusement, par le passé, SUN a dû composer avec des portions de codes que leurs licences ne permettait pas de publier. Ces parties, souvent appelées « binary plugs » car impossibles à détenir sous forme autre que binaire (pas de code source) constituent un problème pour qui veut s’affranchir de la dépendance vers le code propriétaire. Même si ceci n’est pas la préoccupation de tout un chacun, certaines entités telles que les distributions Linux aimeraient bien voir ce code propriétaire remplacé par une implémentation libre. C’est l’objectif du projet IcedTea.

La distribution Fedora – et donc Red Hat derrière – est à l’origine de ce projet débuté en juin 2007. Au menu : proposer des paquets pour Fedora 8 mais aussi permettre de compiler ces paquets avec des outils libres tel que le compilateur java de GNU! Utiliser un compilateur propriétaire pour créer un outil libre était une entorse à la philosophie open source que les développeur Fedora ne pouvaient souffrir. Le 18 Octobre dernier, était annoncée la release 2.0 d’IcedTea7 : version dédiée à OpenJDK7.

Le duo « OpenJDK + IcedTea » passe le Technology Compatibility Kit (TCK) et lui permet ainsi de prétendre à une certification d’implémentation des JSR de niveau professionnel. Le code du projet est régulièrement compilé sur les architectures x86, x86_64, ARM et est aussi compilable pour SPARC et PPC. Il est disponible sous licence GPLv2.

Avec l’évolution du projet, un autre but – plus secondaire – est apparu : celui d’un plugin Java pour les navigateurs web. C’est à cet effet que le projet Icedtea-web a vu le jour. Il permet donc l’exécution de code Java dans un navigateur, nécessaire pour faire fonctionner les applets et apporte aussi une implémentation de « Java Web Start ».

Et voilà comment on délivre un produit de toute contrainte légale d’utilisation pour ses utilisateurs!

Categories: Actualités, Java EE Tags: , ,

Le LyonJUG fête ses deux ans.

Le mardi 19 avril le Lyon JUG a fêté ses deux ans d’existence et a décidé de faire honneur à deux projets open source Lyonnais. Nous avons donc assisté à une présentation d’IzPack par Julien Ponge et une présentation de RESThub par Sébastien Deleuze et Damien Feugas.

IzPack est un installateur d’application écrit en java dont l’approche se résume ainsi : « Package once.Deploy everywhere. ». Le projet a été lancé par Julien Ponge pour apprendre java 1.2. Aujourd’hui le projet est toujours actif et a été utilisé pour l’installation de Glassfish V2, il est utilisé par Springsource, JBoss, Oracle…. IzPack permet de générer un installateur pour toutes les plateformes cibles de votre projet, il suffit qu’en environnement Java soit disponible sur ces plateformes. IzPack est personnalisable au niveau du look and feel (import d’image, choix de couleur, de disposition des différents éléments sur l’écran) et des étapes du processus d’installation. Il fournit une API permettant d’étendre les différents comportements pour s’adapter au mieux à votre besoin. La présentation s’est terminée par un retour d’expérience sur les projets open source : mise à disposition, gestion des propositions des développeurs et des utilisateurs.

RESThub est un projet, initié chez Atos Worldline, qui fournit une stack java préconfiguré.
Ce framework s’appuie sur Jersey, Spring, Hibernate pour la couche de service et un framework web MVC ou HTML 5 /JavaScript pour la couche de présentation. Vous pouvez consultez une présentation de RESThub ici pour avoir plus de détails sur l’architecture. La philosophie est relativement proche du framework Play! : orienté simplicité et productivité. Ainsi RESThub respecte les principes KISS (Keep It Simple and Stupid) et DRY (Don’t Repeat Yourself). On trouvera donc des classes génériques permettant de faire du CRUD (Create, Read, Update, Delete) facilement et des classes de tests préconfiguré pour fonctionner avec une base H2 (base in memory) et un moteur Jetty, utilisé également pour exécuter l’application pendant le développement.
Le fait de réutiliser des frameworks connus de tous les développeurs Java est une bonne approche : la stack proposée est classique et rassurera la plupart d’entre nous sur la montée en charge et la prise en main de l’environnement. RESThub est un framework prometteur dont la version 1.1 sort fin avril 2011.

fOSSa 2010 (Free Open Source Software Academia)

Dernièrement a eu lieu, à Grenoble, la 2ème édition des conférences fOSSa (Free Open Source Software Academia) dont le rôle principal est de promouvoir le logiciel libre. L’école GEM (Grenoble Ecole de Management), située à côté du World Trade Center, a accueilli l’événement sur 4 demi-journées consécutives réparties sur 3 jours.

L’année dernière, la 1ère édition de l’événement s’était focalisée sur les fondamentaux du modèle open source (modèle économique, licences, problèmes juridiques, etc.). Cette année, l’objectif était de réaffirmer les valeurs du logiciel libre mais aussi de réfléchir à son avenir.

En parallèle des sessions de conférences principales avaient lieu un ensemble de « workshops », où différents acteurs du logiciel libre (venant des secteurs publics et privés) venaient présenter leur travail, expliquer leur choix d’aller vers un modèle libre et comment ils le mettent en œuvre au quotidien, avec démonstrations à l’appui !

Et, cerise sur le gâteau, la 2ème journée s’est terminée par une session spéciale de l’AlpesJUG animée par Jason Van Zyl, le fondateur de Maven et Sonatype.

En tout, une petite centaine de personnes étaient présentes chaque jour, réparties entre les sessions principales et les « workshops », ce qui est bien peu au regard de la qualité des interlocuteurs et des présentations.

Objet Direct, qui participe pleinement à la promotion des logiciels libres via son pôle innovation OD Labs, était naturellement présent lors de ces conférences dont nous présentons une partie dans cet article.

Lire la suite…

Lyon JUG : soirée Gradle vs Maven 3

Lyon JUGNouvelle soirée au Lyon JUG, mardi 23 novembre : Gradle vs Maven 3.

Les JDuchess continuent leur teasing contributif avec des interviews des intervenants, permettant de venir profiter de la soirée plus armés sur les enjeux et perspectives de chacun de ces outils de construction : interview d’Arnaud Héritier sur Maven 3, et interview de Grégory Boissinot sur Gradle.

Inscription et informations pratiques, as usual, sur la page officielle.

Les 2 ans du Paris JUG

juggyanniversairePour son 2ème anniversaire, le Paris JUG programme mardi prochain 9 février, une soirée spéciale Open Source, avec en keynote d’entrée la présence exceptionnelle de Sacha Labourey, ancien CTO de JBoss-RedHat.

500 personnes sont attendues, à partir de 19h dans le grand amphi de l’espace Malhesherbes – Sorbonne, dans le 17ème (Sorbonne Paris IV (17ème arrondissement)).

 

Objet Direct, sponsor Platinum de toutes les soirées du Paris JUG, sera bien entendu présente : nous donnons RV aux Juggers à l’heure du buffet dans l’Espace Exposants.

 

Accès libre sur inscription sur le site du Paris JUG .

 

Google annonce Go

go-logo-blackAprès Noop, Google annonce un nouveau langage de programmation : Go. Go reprend les points forts de C/C++ (efficacité, sécurité) et de Python (langage dynamique) voire de Java (Garbage collector).

A son habitude, Google a lancé un site dédié à ce langage avec de nombreuses documentations, pour amener le plus de développeurs possibles à l’utiliser.

En quelques mots, Go se veut un langage :

  • simple
  • rapide
  • sur
  • adapté aux multi-coeurs
  • amusant
  • et bien sur open-source.

Après 2 ans de développement, Google publie le code pour permettre de compléter ce langage open-source des bibliothèques qui augmenteront sa popularité. Pour autant, Google ne l’utilise pas encore, semble-t-il, pour ses développements internes.

Alors, Go ?

Plus d’info : l’annonce lue sur Zorgloob

Categories: Divers Tags: , ,

Frameworks Open Source pour .Net

On trouve de plus en plus de frameworks Open Source pour .Net.

Eric Nelson, un des évangélistes Microsoft, a dressé une liste de 23 projets « incontournables » plus ou moins connus.

Les afficionados de Java ne devraient pas être dépaysés ;-)

Categories: .NET Tags: ,

Podcast Codendi – Supinfo

codendi_logo_alone2

Dans le cadre de notre partenariat avec l’école SUPINFO (6500 étudiants ingénieurs répartis sur 25 sites  français ) nous avons été sollicités pour un retour d’expérience sur la plateforme Open Source de développement collaboratif Codendi de Xerox, qu’Objet Direct utilise avec succès dans ses projets.

SUPINFO a en effet choisi Codendi comme outil de référence pour former ses étudiants au développement collaboratif.

Dominique Mera, directeur de projet Objet Direct, sous les feux des projecteurs, explique dans ce podcast comment Objet Direct met en oeuvre, depuis plus d’un an, la plate-forme collaborative Codendi dans ses projets en contexte agile :

http://video.supinfo.com/Academic/Codendi/Project09/RetourExperienceODLD.mp4

Objet Direct, partenaire de  Xerox, participe à la roadmap de Codendi pour intégrer ses retours d’expérience.

En savoir plus : http://www.objetdirect.com/html/produitsEtPartenaires/codex.html