Archive

Articles taggués ‘Google Wave’

Novell Pulse, la convergence numérique en entreprise

Logo Novell

A son tour Novell se lance dans la convergence numérique en présentant une plateforme de réseau social et de collaboration sur documents en temps réel qui supporte le protocole Google Wave Federation.

Les utilisateurs de Novell Pulse (ainsi se nomme le nouvel outil), et ceux de Google Wave pourront ainsi travailler ensemble en toute transparence.

En savoir plus : le communiqué de presse de Novell et la page du produit sur le site de Novell.

Categories: Cloud, Outillage Tags: ,

ParisJug Google – Wave (part3)

Mais elle était si longue cette soirée ??? Pas assez malheureusement, beaucoup d’infos diffusées en très peu de temps, voici donc la dernière partie de notre compte-rendu …

Google Wave

Cette présentation, faite par Didier Girard et Salvador Diaz, fut une succession de démos Wave, M. Girard préférant nous montrer du concret … et il n’a pas eu tort. Juste pour rappel, Wave est une plateforme de collaboration web, qui essaie de réunir tous les moyens de communications actuels et de les regrouper dans une vague, une ‘wave’. Ainsi une wave est un flot de communication qui peut contenir toutes sortes de choses : du chat, des fichiers, des mails, des images. Une wave est une succession de ‘Blips’ : chaque composant qui s’ajoute dans une wave est donc un blip. Le langage Google Wave est maintenant défini !

Voyons maintenant comment développer sous Wave … une Wave peut contenir deux choses intéressantes :

  • des gadgets : comme des gadgets iGoogle, sauf qu’il y a une notion multi utilisateur et shared context
  • des robots (rien à voir avec Goldorak comme nous l’a subtilement fait remarquer Didier !) : participant automatique d’une wave

Comment développer un gadget ? Il suffit pour cela d’écrire une classe qui étends Gadget, d’écrire son comportement, et attention, de le déployer sous GAE !!! On parle là de la méthode Girard, on n’est pas obligé d’utiliser GAE, mais il semble clair qu’on aurait tort de s’en priver ! Ce fut l’objet de la première démo : Qui se cache derrière le coq ? Ce gadget anime la mascotte du jug, et lorsqu’on parvient à cliquer dessus, surprise : le visage d’Antonio Goncalves (co-fondateur du jug) apparait ! Forcément, ça a fait réagir positivement la salle, qui était pleine à craquer !

Comment développer un robot ? Il s’agit en fait d’une servlet, qui a pour mission d’écouter une wave, et qui est bindée à une appli sur GAE (par exemple). Un robot peut modifier le contenu d’une wave et communiquer à l’extérieur de la wave (autres waves, applis externes, persistence BD etc…). Pour développer un robot il faut étendre la classe AbstractRobotServlet pour définir le comportement du robot après avoir défini le scope de ses events dans le fichier capabilities.xml. Ceci fut l’objet de la deuxième démo où les membres de l’auditoire envoient des sms sur un numéro indiqué au début, et le robot réceptionne les sms et les affiche dans la wave … impressionnant et très interactif. Les intervenants ont même eu la bonne idée de créer un sondage sms pour savoir combien de personnes étaient intéressés par le prochain JUG. Ce fut l’occasion de se délecter des réponses de certains participants !

Pour en savoir plus sur le développement de gadgets, allez voir ici, et pour le développement des robots, allez voir .

Lors d’une troisième démonstration, nous a été présentée une ébauche d’application de gestion hébergée sur une wave : une gestion de demandes de congés, avec la mise en place d’un workflow de validation. Bien qu’on n’ait pas pu bien voir le code, tout a été dit avec cette dernière démo : Google Wave peut être le théâtre d’un nouveau modèle de développement informatique, qui, associé à GAE (forcément me direz-vous), permet à Didier Girard de nous laisser entrevoir ce monde idéal où le développeur est au centre de l’innovation (développeur=innovateur selon ses propres termes).

Voilà donc que se termine cette soirée Google, somme toute assez riche, bien qu’inégale, et trop courte, on aurait pu parler pendant des heures de toutes ces technologies, et même d’autres (GWT 2.0 par exemple !), mais il ne s’agissait pas de refaire le Google I/O !… (ni un Google User Group d’ailleurs 😉

Vous pouvez retrouver les slides de toutes les présentations (sauf de GoogleWave) ici (déjà linkés au fil des précédents posts).

N’oubliez la soirée Java EE 6 et Spring 3.0 qui aura lieu le 8 Décembre.

On se retrouve au prochain jug ?

Categories: Actualités Tags: , ,

Raindrop, la réponse de Mozilla à Google Wave ?

Cela s’agite dans le monde de la communication électronique. A son tour Mozilla dévoile son projet visant à permettre de recevoir ses courriels, ses flux RSS, les changements sur ses réseaux sociaux (Facebook, …), ses communications Skype, les tweets de ses amis, … dans une seule interface. Le projet s’appelle Raindrop, et est naturellement open source.

A première vue, ca ressemble à Google Wave sans l’aspect collaboratif toutefois.

Soyons sur que Microsoft a également un tel projet dans ses cartons. Qui en aurait entendu parler ?

Categories: Cloud, Outillage Tags: ,

Google Wave en vrai

(suite de mon post précédent)

Ayè ! J’en suis 🙂 J’ai mon accès Google Wave.

Premiers contacts pas à pas :

  • Je regarde la vidéo de présentation incluse dans la Vague d’introduction. J’apprends un nouveau mot : un “blip”. C’est le bout de message ajouté ou modifié quand on intervient sur une Vague (une Vague est une composition de Blips).
  • Demie-surprise : je retrouve dans ma liste de contacts Wave mes contacts Google qui ont déjà un compte Wave (5 personnes seulement : on a tout de suite l’impression d’appartenir à un club très “select”). Ca veut dire que tous ces correspondants savent que je suis “Wavisé”. Petit malaise : Big Brother n’est pas loin.
  • J’édite mon profil (c’est assez bien caché : il faut cliquer sur son nom dans les contacts mais celui-ci n’est pas apparemment “sensible”). Big Brother 2, le retour : il me propose d’ajouter des liens vers des sites qui ont un rapport avec moi. On retrouve dans la liste, des sites “Google” en relation avec moi (Picasa, Youtube), mais aussi d’autres sites sans rapport directs avec Google !!! En fait, il s’agit de domaines dont je suis le propriétaire et dont les sites sont hébergés chez OVH…
  • Difficile de trouver les “robots”, ces contacts qui permettent des usages alternatifs de Google Wave (publier un Twit ou un blog par exemple). Je dois faire un passage par l’aide en ligne pour arriver à faire mon premier Wave Twit.
  • Déception : je ne trouve pas le robot magique qui m’aurait permis de publier ce post directement via une Vague. En revanche, j’ai trouvé quelques robots amusants via un site tiers.
  • Les forums sont très vides et il n’y a pas de FAQ (il y a plus de buzz autour de GW que de vrai info dedans !)

Conclusions à chaud :

  • Le nom est bien choisi, mais les initiales me posent un petit problème personnel…
  • Si mes amis et collègues ne sont pas sur la Vague, je n’ai pas les moyens de communiquer avec eux par ce biais (pas de passerelle simple vers le courriel traditionnel ni même vers Google Talk). Donc, pour le moment, ça ne sert pas à grand chose et je ne peux même pas faire une démo sympa 🙁
  • La peinture n’est pas sèche. On voit en permanence des fonctions qui manquent, des erreurs d’ergonomie flagrantes… qui expliquent l’usage “restreint” (100 000 c’est restreint à l’échelle Google) ou des trucs qui ne fonctionnent pas (comme le robot “Bloggy” permettant de blogger une Vague mais qui affiche en permanence un message d’erreur) ou accessibles uniquement à certains utilisateurs.
  • A contrario, au fur et à mesure qu’on s’en sert, plein d’usages nouveaux viennent à l’esprit. En vrac et sans filtre (à chacun des usages suivants, il faut ajouter systématiquement l’adjectif “… collaboratif”) :
    • Mind Mapping
    • prise de note et compte-rendu de réunion
    • constitution de FAQ
    • modélisation
    • interview
    • pair programming

Maintenant j’attends avec impatience :

  1. D’avoir la possibilité d’inviter du monde et d’échanger avec mon entourage
  2. D’avoir accès à la sandbox pour que mon côté geek puisse s’exprimer.

A bientôt pour la suite donc.

Categories: Actualités, Cloud Tags: , , ,

Google Wave, révolution ?

Logo Google Wave Je me suis avalé l’intégralité de la vidéo de présentation de Google Waves (1h20 !) mais ça valait le coup. Depuis l’annonce faite en mai à la conférence Google I/O à quelques (600) happy few, le buzz a considérablement enflé. Jusqu’il y a quelques jours où Google a annoncé qu’il élargissait le nombre d’invitations à 100 000 et où le sport à la mode est devenu d’avoir SON accès (voire, encore plus fort, l’accès à la sandbox développeur). Il parait même que certains les achètent aux enchères sur e-bay !

Mais qu’est-ce donc que cet OVNI. L’ambition de Google est tout simplement de succéder à l’e-mail (et donc à SMTP) en terme d’usage et de popularité !

La solution ? Fournir un client unique pour toutes les usages collaboratifs d’Internet : le courriel donc, mais aussi le chat, le twitt, le blogging, la publication dans un Wiki, dans Facebook ou tout autre réseau social, jusqu’à l’écriture de compte-rendus de réunion, la planification d’un voyage ou même le jeu, ou toute autre activité qui induit un échange, une collaboration, une publication. Rien que ça !

Comment Google présente-t-il son nouveau bébé ? Qu’est ce qu’une Vague ?

  • Une Vague, c’est moitié conversation, moitié document
  • Une Vague c’est partagé
  • Une Vague c’est vivant

Mais encore? Quoi de neuf par rapport à un courriel traditionnel ?

  • On est plus proche d’une conversation que d’un courrier : tous les participants peuvent intervenir à tout moment (voire se couper la parole !). En ce sens ça ressemble plus à du chat.
  • Les échanges se font instantanément. Toute modification (frappe d’un caractère, mais aussi ajout de pièce jointe, ou d’image) est propagée instantanément à tous les participants ce qui rend effectivement l’échange extrêmement vivant (fini le temps d’attente pendant lequel apparaît le message “votre correspondant rédige un message”) mais aussi très intrusif (quand on chat on peut faire autre chose en même temps, c’est beaucoup plus difficile quand on est sur une Vague).
  • Une nouvelle dimension intervient, le temps : l’historique des échanges qui ont amené la Vague dans l’état courant est conservé et peut être restitué.
  • On peut intervenir à tout endroit de la conversation sans la dupliquer : on rassemble en un seul document un thread complet (i.e. le mail initial et toutes ses réponses ou mises à jour)
  • C’est réellement et nativement multi-media (même si le support initial est aujourd’hui majoritairement le texte).
  • On peut gérer des habilitations : l’accès à une Vague ou à certaines de ses parties peut être finement contrôlé.

L’équipe de Lars Rasmussen et Stephanie Hannon (les créateurs de Google Maps) est partie de la question suivante : à quoi ressemblerait l’e-mail s’il était inventé aujourd’hui ? La présentation du résultat est bluffante et, sans faire du “Googlisme” primaire, le concept me semble effectivement révolutionnaire.

Google Wave, c’est trois composants :

  • Un produit : un client écrit en GWT accédant à un serveur hébergé sur Google AppEngine
  • Une plateforme : des APIs pour développer
  • Un protocole : basé sur XMPP

Le tout est intégralement open source, l’objectif étant de développer des APIs et des usages nouveaux (j’ai admiré l’initiative de la R&D SAP pour proposer un outil collaboratif de modélisation de Business Process s’appuyant sur Google Wave).

J’attends avec impatience mon accès pour vous donner un retour concret (incluant aussi les points négatifs 😉