Alpes JUG – DataGrid & Distributed Cache avec InfiniSpan de JBoss – 29 Mars 2012

Voici la soirée initialement prévue en décembre dernier reprogrammée ce jeudi soir dans les locaux de SUPINFO par l’Alpes JUG.

InifiniSpan est une pièce essentielle dans la course à la mise à disposition d’une plateforme Cloud chez JBoss à l’image de Google AppEngine.

InfiniSpan se veut un concurrent open source direct de solutions telles que Oracle Coherence.
Ce cache distribué qui s’apparente au famille NoSQL de type clés valeurs, sert également comme cible de prédilection pour le développement du projet Hibernate Object Grid Mapper (OGM).

A ne pas manquer …

Google Wave, révolution ?

Logo Google Wave Je me suis avalé l’intégralité de la vidéo de présentation de Google Waves (1h20 !) mais ça valait le coup. Depuis l’annonce faite en mai à la conférence Google I/O à quelques (600) happy few, le buzz a considérablement enflé. Jusqu’il y a quelques jours où Google a annoncé qu’il élargissait le nombre d’invitations à 100 000 et où le sport à la mode est devenu d’avoir SON accès (voire, encore plus fort, l’accès à la sandbox développeur). Il parait même que certains les achètent aux enchères sur e-bay !

Mais qu’est-ce donc que cet OVNI. L’ambition de Google est tout simplement de succéder à l’e-mail (et donc à SMTP) en terme d’usage et de popularité !

La solution ? Fournir un client unique pour toutes les usages collaboratifs d’Internet : le courriel donc, mais aussi le chat, le twitt, le blogging, la publication dans un Wiki, dans Facebook ou tout autre réseau social, jusqu’à l’écriture de compte-rendus de réunion, la planification d’un voyage ou même le jeu, ou toute autre activité qui induit un échange, une collaboration, une publication. Rien que ça !

Comment Google présente-t-il son nouveau bébé ? Qu’est ce qu’une Vague ?

  • Une Vague, c’est moitié conversation, moitié document
  • Une Vague c’est partagé
  • Une Vague c’est vivant

Mais encore? Quoi de neuf par rapport à un courriel traditionnel ?

  • On est plus proche d’une conversation que d’un courrier : tous les participants peuvent intervenir à tout moment (voire se couper la parole !). En ce sens ça ressemble plus à du chat.
  • Les échanges se font instantanément. Toute modification (frappe d’un caractère, mais aussi ajout de pièce jointe, ou d’image) est propagée instantanément à tous les participants ce qui rend effectivement l’échange extrêmement vivant (fini le temps d’attente pendant lequel apparaît le message “votre correspondant rédige un message”) mais aussi très intrusif (quand on chat on peut faire autre chose en même temps, c’est beaucoup plus difficile quand on est sur une Vague).
  • Une nouvelle dimension intervient, le temps : l’historique des échanges qui ont amené la Vague dans l’état courant est conservé et peut être restitué.
  • On peut intervenir à tout endroit de la conversation sans la dupliquer : on rassemble en un seul document un thread complet (i.e. le mail initial et toutes ses réponses ou mises à jour)
  • C’est réellement et nativement multi-media (même si le support initial est aujourd’hui majoritairement le texte).
  • On peut gérer des habilitations : l’accès à une Vague ou à certaines de ses parties peut être finement contrôlé.

L’équipe de Lars Rasmussen et Stephanie Hannon (les créateurs de Google Maps) est partie de la question suivante : à quoi ressemblerait l’e-mail s’il était inventé aujourd’hui ? La présentation du résultat est bluffante et, sans faire du “Googlisme” primaire, le concept me semble effectivement révolutionnaire.

Google Wave, c’est trois composants :

  • Un produit : un client écrit en GWT accédant à un serveur hébergé sur Google AppEngine
  • Une plateforme : des APIs pour développer
  • Un protocole : basé sur XMPP

Le tout est intégralement open source, l’objectif étant de développer des APIs et des usages nouveaux (j’ai admiré l’initiative de la R&D SAP pour proposer un outil collaboratif de modélisation de Business Process s’appuyant sur Google Wave).

J’attends avec impatience mon accès pour vous donner un retour concret (incluant aussi les points négatifs 😉