Archive

Articles taggués ‘dotJs’

Le présent et l’avenir de JavaScript à dotJS 2014

J’ai eu l’occasion de participer à la conférence dotJS 2014, centrée autour de l’écosystème JavaScript. Bien que la conférence dure une journée, des workshops étaient organisés les jours précédents, dont notamment un workshop Polymer encadré par le très connu Addy Osmani (créateur notamment de Yeoman, TodoMVC, Aura), Ewa Gasperowicz et Sérgio Gomes, auquel j’ai eu la chance d’assister.

La conférence est quant à elle assez différente des conférences traditionnelles puisqu’elle regroupe de nombreux talks très courts (une vingtaine de minutes). J’ai pour ma part été mitigé sur cette édition. Adepte des TED Talks – des sessions de 20 minutes sur des sujets variés en général très inspirants – je m’attendais à des interventions du même acabit : innovantes et orientées vers ce qui pourrait être. De fait, la plupart des interventions s’attachaient à dresser un état des lieux d’un aspect de l’écosystème JavaScript actuel, sans pour autant vraiment apporter de pistes nouvelles.

Cela n’est pas une critique sur les interventions en elles-même qui étaient de très bonne qualité, mais plutôt une déception personnelle sur les sujets abordés. Parmi les interventions qui m’ont particulièrement plu, je vais en détailler certaines après être revenu plus en détails sur le contenu du workshop.

Lire la suite…

dotJs 2014

Ce lundi 17 Novembre, j’ai eu l’opportunité d’assister à la troisième édition de la « dotJS« . Initiée en 2013, elle a pour but de créer en France une conférence européenne autour du monde JavaScript.

20141117_093359

Grosse originalité, nous nous sommes retrouvés au théâtre de Paris. Ainsi, nous n’avions qu’un seul slot à suivre à la fois, mais en plus, comme rappelé par les organisateurs, nous sommes « wifiless ». Cela permet ainsi une meilleure écoute. Et cela est d’autant plus important, car là aussi c’est une originalité, nous avons des pointures du monde JavaScript qui viennent faire des talks d’une vingtaine de minutes ! Nous pouvons voir un grand ensemble de talks rapidement. Talks qui sont aussi bien techniques que des « philosophies » de vie.

20141117_093410


Je ne pourrai pas énumérer tous les speakers tant il y en a eu (vous pouvez  trouver la liste ici ! ), mais je vais citer certains talks que j’ai accroché (à noter que tous les talks seront accessibles sur la chaîne Youtube de dotJS):

Tout d’abord, la première conférence, animée par James Halliday (le nom de « substack » parlera aux inités), qui pourrait se résumer ainsi: « comment faire des applications robustes fonctionnant même sans réseau ». Il nous a donc amené sur l’utilisation de l’HTML5 CACHE, permettant de faire de l’inverse scaling (allégeant le serveur d’appels ressources inutiles), mais aussi permettant à l’utilisateur un meilleur contrôle de l’application, à savoir la maîtrise de la version du code sur le poste client (autrefois gérée par le serveur, qui n’offrait qu’une seule version de l’application à l’instant T. Maintenant, possible de le gérer via le navigateur). Qui dit offline dit comment gérer des problèmes comme l’authentification et la sécurité, chose résolue en grande partie via l’api HTML5 Crypto (permettant de faire du chiffrage asymétrique).

Justin Meyer (créateur de CanJs) est venu nous parler des projets de développement autour de JavaScript et de la nécessité des checklists avant de commencer tout projet (« mise en place » suite au crash du B52). Il prend un exemple simple: tout chirurgien qui se respecte fait une checklist avant toute intervention pour s’assurer de la conformité des protocoles, des instruments, que le patient soit le bon et que la pathologie est bien comprise. Ceci a permis de réduire les risques opératoires de plus de 50% ! Pourquoi ne ferions-nous pas de même dans le monde informatique et du développement logiciel ? Justin nous propose ainsi sa propre checklist à adapter en fonction de nos besoins. Il va même plus loin en nous apprenant à jauger la pertinence d’un point de la checklist en faisant ce simple calcul:

checklist-equation

 Si la valeur est inférieure à 0, il est plus handicapant que bénéfique. A 0, il est neutre (il ne coûte rien en somme). Au-dessus de 0, il est bénéfique au projet.

 

Je pourrais également citer les talks de Julien LeCompte, Mike McneilPaul O’Shannessy, John-David Dalton qui sont venus nous parler respectivement:

  • De l’avenir de YUI, avec sa version 3 qui devrait sortir en 2015 (allant vers la norme EcmaScript 6, avec la mise en place d’un système d’injection de polyfills, et aussi de l’utilisation de ReactJs au sein de ses composants graphiques)
  • De la création de plugins avec une approche dite « machine state » où nous utilisons des méta-data pour décrire les entrées / sorties et le comportement du plugin (ce qui nous permettra ensuite de l’écrire plus facilement), et cela via le projet qui vient tout juste de sortir (issue du monde Sails.js): Waterline
  • De l’évolution de ReactJs autour des normes EcmaScript 6 et EcmaScript 7
  • De l’évolution de Lodash en proposant une syntaxe à la jQuery (ex: _(arrà.map(…)), mais surtout permettant de faire de la transduction !

Et enfin, un talk qui nous a fait du bien (pas qu’à moi, j’en suis sûr), c’est celui d’Angus Croll (créateur de Flight.js) qui nous a rappelé que nous pouvons écrire du code en respectant les bonnes pratiques et les guidelines. Mais cela n’empêche pas pour autant d’expérimenter et aussi de se faire plaisir :

« Playing is learning ! »

Car comme le dit très justement James Halliday:

« You need a lot of bad code to write good code »

Pour tout ceux que je n’ai pas cités, je m’excuse, mais je tiens à souligner la qualité de vos interventions, et je sais que grâce à vous , j’ai vu et appris beaucoup de choses (merci à Thomas Parisot, Soledad Penadès, et j’en passe …)


A noter que la dotJS, par le biais de ses partenaires, a partagé une récompense de 10 000 dollars pour le projet backend et le projet frontend le plus ambitieux de cette année (vote soumis aux personnes qui sont venus assister aux conférences).

La victoire du côté backend revient au projet Gulp.js qui est un système de build se basant sur l’api streaming de NodeJs. Et la victoire du côté frontend revient au projet Pixi.js de Mat Groves permettant de générer du rendu 2D sur WebGl, avec un fallback sur le Canvas classique.


 

Je finirai mon article en précisant que la dotJS a apporté en plus de cette conférence la première session de la dotCss (qui a eu lieu le vendredi 14 Novembre) et la mise en place de workshops le samedi 15 Novembre (j’aurais aimé assister à ceux autour de PolymerJs avec le très connu Addy Osmani).

20141117_122625

L’équipe de la dotJS ne va pas s’arrêter là, en publiant le site http://www.dotjobs.io/ afin d’aider les geeks du développement informatique à trouver un job, en soutenant http://www.hackerpledge.org/ qui référence les sociétés qui ont une certaine philosophie de vie. Enfin, le futur site « The Dot Post » qui est le blog de la dotJS.

20141117_114034


 

Au fond, cet événement était riche en contenus avec des speakers reconnus et de très haute qualité.

En espérant que la session 2015 soit aussi agréable !