Software Craftsmanship, ou le marketing de l’échec

Suite à l’intéressant article de Nicolas Martignole sur le Software Craftsmanship et surtout, à tout le buzz qui en a suivi (même si le buzz a, en fait, démarré bien avant dans la communauté anglophone suite à des articles critiques de Dan North et Martin Fowler et aux réponses de Robert « Uncle Bob » Martin), j’ai publié un billet d’humeur en réaction.

Pour éviter d’y associer directement Objet Direct, je l’ai publié sur mon blog perso, mais je me permets néanmoins d’y faire référence ici.

Comme il se doit, les opinions que j’y exprime n’engagent que moi et en aucune manière ma société 🙂

3 réflexions au sujet de « Software Craftsmanship, ou le marketing de l’échec »

  • 10 février 2011 à 11 h 24 min
    Permalink

    Bien parlé Greg (on ne peut pas commenter sur ton blog) ! Halte au software-poujadisme 😉
    Personnellement j’ajouterais que pour faire un bon logiciel c’est comme pour aller sur la lune, il faut une bonne équipe. Une SSII qui ne fait que de la régie a du mal à connaitre ses employés et à former de bonnes équipes, et à l’inverse un client qui ne prend que des développeurs en régie, aura du mal à former une bonne équipe.

    Personnellement je trouve que c’est extrêmement difficile de monter une bonne équipe. Il faut quand même bien connaitre chaque intervenant, avoir une bonne perception des qualités de chacun, créé un esprit soudé et une motivation à l’épreuve des contraintes.

    Le processus de selection est loin d’être évident.

  • 11 février 2011 à 9 h 19 min
    Permalink

    Salut Alexis,
    J’ai rétabli les commentaires sur mon blog. N’hésite pas à réagir directement sur place.

  • 14 février 2011 à 15 h 23 min
    Permalink

    « Comme il se doit, les opinions que j’y exprime n’engagent que moi et en aucune manière ma société »

    mais alors quel est le point de vue d’Objet Direct sur le sujet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *