Accueil > Méthodes Agiles > Retours sur l’Agile Tour 2011 à Paris (1/2)

Retours sur l’Agile Tour 2011 à Paris (1/2)

Le 6 décembre dernier, j’ai participé à l’Agile Tour 2011 à Paris dans les locaux de Microsoft à Issy-les-Moulineaux. Après avoir suivi la formation SCRUM fin octobre, il était intéressant pour moi d’assister à des conférences autour de l’agilité. Je vais vous raconter le déroulement de ma journée et présenter les différentes sessions auxquelles j’ai assisté. Je le ferais en, au moins deux billets pour alléger la lecture (et que la lecture, pas les infos… 🙂 ).

La plénière d’introduction

Cette journée, prévue pour être très riche en informations autour de l’agilité, a commencé par une récupération des badges et le programme de la journée. Un petit déjeuner est offert, histoire de donner à nos neurones de l’énergie pour suivre les différentes conférences. La première est une plénière d’introduction à l’agile tour. On nous y apprends que l’agile tour a commencé il y a quelques années à peine par quelques villes pour devenir aujourd’hui un évenement mondial organisé dans des disaines de villes des Etats-Unis à l’Australie en passant par le Canada, le Brésil, la France, la Chine, l’Inde, etc…

Il s’en suit une présentation brève des différents sponsors de l’évenement parmi lesquels Novédia. Il faut bien faire de la pub à tous ceux qui ont permis l’organisation de l’Agile Tour parisien.

La keynote de Martin Woodward

Suite à la plénière, Martin Woodward, Senior Program Manager de l’équipe Visual Studio, présente, en anglais (et se sera le seul),  comment Microsoft met en oeuvre l’agilité dans le développement de ces logiciels comme Visual Studio.

Martin nous parle de la valeur ajoutée liée à la mise en place de l’agilité. L’efficacité des équipes grâce à leur polyvalence. On y entend aussi parler d’intégration continue et de feedbacks réguliers. Deux principes qui permettent d’améliorer la qualité du logiciel chez Microsoft et la mise en oeuvre de nouvelles fonctionnalités.

La conférence est, plutôt, intéressante et animée. On voit bien que l’orateur est américain et habitué aux Key Notes.

Suite à la Key Note, les plénières sont terminées. Les conférences de l’Agile Tour 2011 qui suivent sont organisées en sessions de 45 mins ou 1h30. Il faut alors faire le choix entre 4 thèmes différents parmis les suivants:

  • l’Agile en Entreprise
  • la Qualité Logicielle & Test
  • l’Equipe
  • Ateliers / Idées de Coaching

Malheureusement, le programme récupéré en début de journée est très succint. On y voit que les titres des sessions. Le résumé du contenu de celles-ci n’étant disponible que sur le Web à cette adresse: http://at2011.agiletour.org/fr/programme_paris.html.
J’ai trouvé cela très léger pour choisir les conférences auxquelles on va assister. Bref, pour le reste de la journée, il faudra se baser sur le seul titre de la session pour se décider…

L’ALM agile, Facteur Clé de Succès des Projets Informatiques

Ma première session de 45 mins est celle-ci. Je ne sais pas ce qu’est l’ALM, encore moins agile. La notion de Facteur Clé de Succès des Projets Informatiques est plutôt pleine de promesses. J’y assiste dans le but d’en savoir plus.
L’orateur est un expert ALM. Il nous apprend que l’ALM est l’Application Lifecycle Management. En français, cela donne la gestion du cycle de vie d’une application. En résumé, c’est l’ensemble des phases d’un projet de développement, de l’analyse au déploiement en passant par le développement, bien sûr, les tests. Au cours de la session, l’orateur fait un focus sur Visual Studio Team Foundation qui intègre l’outillage nécessaire pour gérer ce cycle de vie pour des projets de développements agiles. Cela fait suite à la Keynote et c’est encore un peu de pub pour Microsoft. On est dans leurs locaux quand même…
On entends des mots qui sont des fondamentaux de l’agilité inscrits au Manifeste Agile comme:

  • Livrez fréquemment un logiciel opérationnel
  • Une attention continue à la qualité du Logiciel au travers des tests
  • L’automatisation de processus comme la compilation, l’exécution des tests et le déploiement
  • La transmission de l’information autour du projet avec des outils de communication partagés

Une démonstration des outils agiles intégrés à Visual Studio Team Foundation est faite. On voit, par exemple, comment gérer un Product Backlog, un Sprint Backlog, répartir les tâches entre développeurs, etc…
Une session plutôt intéressante même si tournée principallement sur les outils de Microsoft que je n’utilise jamais mais c’est toujours bon à savoir pour une prochaine discussion avec des développeurs .NET.

Améliorez votre Kanban!

Ne sachant pas ce qu’est un Kanban, j’assiste à cette session. L’orateur est un consultant agile de chez Octo, habitué à mettre en place l’agilité dans des équipes de développements.
Très rapidement, je sais, enfin, ce qu’est un Kanban. En fait, je connaissais déjà sans savoir ce que c’est comme beaucoup d’entre vous d’ailleurs j’imagine. Le Kanban est en fait le fameux tableau où l’on accroche les post-its avec les colonnes A Faire, En cours et Fait. Bon, ce tableau là c’est le Kanban le plus simple mais il en existe une infinité. D’ailleurs, l’orateur nouis propose de partir de ce Kanban et de l’améliorer afin d’obtenir un Kanban plus efficace et plus riche en informations. Venant du monde du développement, les informations sont très pragmatiques et rapidement opérationnelles.
Pour améliorer l’efficacité du Kanban, on nous conseille les élements suivants :

  • positionner les fameuses User Stories plutôt que les tâches: pour accompagner ce positionnement, la définition du « Done » est très importante. Elle doit d’ailleurs être tenue à jour quelque part pas loin ou sur le Kanban lui-même.
  • on peut ajouter des colonnes comme: En test, en pré-production, en qualification, etc…
  • limiter le flux des User Stories à réaliser dans le A Faire: d’après l’orateur, il est inutile de charger le flux des User Stories à faire si l’équipe ne peut pas toutes les prendre en charge. Cela permet une meilleure fluidité et efficacité du déroulement des projets agiles.
  • ajouter la ligne en or: elle permet de gérer des problèmes non prévus mais très urgent. L’exemple même est le bug en production. Cette ligne fera alors passer des tâches avant tout le reste.
  • ajouter un bac rouge: il permet la récolte des User Stories qui ont posées problème pendant le projet. Il sert principallement au moment de la Rétrospective afin d’améliorer le Kanban, l’équipe, les process agiles mis en place.

Au cours de cette session, j’apprend que le Kanban est une méthode agile à part entière comme l’est SCRUM mais sans gestion de Sprints. J’ai vraiment appris pas mal de choses grâce à cette présentation même si le PPT était améliorable… 🙂

Kanban pour la préparation, SCRUM pour la réalisation

Pour continuer dans ma lancée « Kanbanienne » si je puis dire, j’assiste à la suite Kanban pour la préparation, SCRUM pour la réalisation. Le prochain orateur, SCRUM Master et Coach agile depuis 8 ans, nous fait un retour d’expérience sur la mise en place de l’agilité au PMU. Lorsque l’état a décidé de mettre en concurrence le marché du jeu, des entreprises historiques dans le domaine, comme le PMU, ont du évoluer afin de s’adapter aux nouvelles demandes de leurs clients. L’entreprise, assistée par un coach, a décidée de passer ces équipes à l’agilité.
Kanban a, alors, été utilisé dès l’initialisation du programme de refonte des applications en ligne du PMU. Il a permis aux équipes d’intégrer les principes agiles au plus tôt. L’orateur nous montre le Kanban qu’ils ont utilisé pendant la phase de préparation. Un Kanban plutôt complet. Il précise que pour la réalisation, ils sont partis de ce même Kanban sur lequel ils ont simplement changés le nom des différentes parties. La présentation et le retour d’expérience du coach agile nous montre clairement que l’agilité peut être introduite dans des équipes fonctionnant en mode traditionnel sur des programmes informatiques ambitieux. Les questions du public en fin de séance indique que cela n’est, certainement pas, sans problèmes. De gros efforts doivent être entrepris surtout par rapport au top management, non habitué à une telle organisation, qui est très inquiet par rapport à la réalisation concrète des projets. Il en ressort un élément très important de la réussite d’une mise en place de l’agilité qui est la relation de confiance obligatoire entre l’équipe et sa hiérarchie.

Ceci dis la livraison rapide d’un logiciel qui fonctionne permet de montrer l’efficacité de la méthode et incite le top management de croire en ce type d’organisation.

Suite à cette session, c’est la fin de matinée et donc la pause déjeuner. Un buffet complet nous est offert. Ouf, nul besoin d’aller chercher une sandwicherie autour de Microsoft où tout ou presque est plutôt loin. Comme cela a été le cas à chaque présentation, un grand merci aux sponsors!! 🙂

Dans un prochain billet, je raconterais la seconde partie de journée…

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks