Retour sur la 3ème édition du JUG Summer Camp

JUG Summer Camp

3ème édition … et 3ème participation pour ma part (nous sommes nombreux dans ce cas).

Je ne reviendrai pas sur le format et le déroulement de la journée, mes impressions restent inchangées (et donc positives) d’années en années. Je laisse le soin à Benjamin, pour sa première participation, de partager ses impressions dans un billet à venir.

Mes retours

Parlons donc de mon programme … La Rochelle est un lieu sympathique pour faire un petit footing le long du port la veille de la conférence, pour bien manger le lendemain de la conférence tout en profitant des évènements récurrents coïncidant avec le JUG Summer Camp que sont le Grand Pavois et le Festival de la Fiction TV (je le vous vends bien l’évènement ? Vous êtes prêts à vous y inscrire en 2013 ?)

Concernant le programme de la journée du vendredi, jour de la conférence, je reviendrais notamment sur 3 sessions :

  • Google TV : Android in your TV (Olivier Gonthier)
  • Du legacy au Cloud en moins d’une heure (David Gageot)
  • Programatoo pour les grands : how your kid can code ? (Audrey Neveu & Ludovic Borie)

Google TV : Android in your TV

Prenons un bon départ, la Google TV ce n’est pas nécessairement une TV (sinon Cédric, qui a remporté une Google TV d’une valeur de 99 $ mise en jeu par le speaker, aurait eu du mal à rentrer avec à Lyon), c’est avant tout une box (on pourrait donc parler de « Google Box ») … bref un boîtier avec une entrée HDMI et une sortie HDMI.

 

Google TV est un système qui s’appuie sur 2 produits phares de Google :

  • Android et le market Google Play
  • Chrome (avec son intégration de Flash)

Lancé lors de Google I/O 2010, Google TV n’a pas vraiment décollé jusque là (tourne sous Android 3.2, avec néanmoins une mise à jour attendue) mais intéresse tout de même des constructeurs comme Logitech, Sony, et LG.

En terme d’expérience utilisateur, que retenir ?

  • une navigation par D-pad, touchpad, clavier (non, pas d’interface tactile)
  • un affichage toujours en mode paysage (il est recommandé de faire usage de l’espace horizontal plutôt que d’abuser du scroll vertical)
  • des claviers qui peuvent ne pas avoir l’ensemble des touches prises en compte par les applications (prenez garde développeurs !)

Pour le développement, j’ai notamment retenu :

  • que l’environnement de développement se limite pour l’instant à un émulateur uniquement disponible sur un Linux natif
  • le SDK Android supporte des Key Event spécifiques au D-pad
  • l’exploitation possible d’HTML5 grâce à l’usage de Google Chrome (notamment les keyEvent, la désactivation ou redéfinition conseillée de l’autozoom)
  • l’utilisation des Intent
  • des éléments de configuration comme l’instruction <uses-feature android:name=’com.google.android.tv’ android:required=’true’/> permettant de dédier une application exclusivement à la cible Google TV, ou à l’inverse l’instruction <uses-feature android:name=’android.hardware.touchscreen’ android:required=’true’> qui exclut le déploiement d’une application sur une cible Google TV

En matière d’usage, une piste très sérieuse est le Second-screen Application : boîtier connecté à un ou plusieurs mobiles (téléphone, tablette) permettant une interactivité déportée sur la TV. Un exemple : BlackJackTV qui s’appuie sur AnymoteLibrary (l’une des solutions permettant la mise en oeuvre du Second-screen App).

Même pour ceux qui ne prévoient pas de développements pour Google TV, il est utile en tant que fournisseur de contenus de noter que ce type de matériel / device devrait donner plus d’importance au Video Sitemap puisque l’intégration / visionnage de vidéos est l’un des usages de la Google TV.

En matière de fonctionnalités, c’est là que certains sont / seront déçus. En effet :

  • Google TV ne permet pas la récupération du flux audio / vidéo (normal je dirais, on pourrait enregistrer ce qui passe sur les chaînes)
  • Google TV ne permet pas de connaître la chaîne courante (plus étrange)
  • Google TV ne supporte pas le développement natif (NDK)

Bien entendu, on accède tout de même à certaines fonctionnalités tels la liste des chaînes ou le changement de chaîne, et différentes APIs sont à venir (streaming protocols & API, streaming quality monitoring APIs, media devices APIs).

Olivier nous a également appris que le lancement en France devrait avoir lieu ce lundi 24 septembre 2012 avec la sortie d’un boîtier conçu par Sony (200 euros pour le boîtier d’entrée de gamme, 300 euros pour celui équipé d’un lecteur Blu-Ray). Reste à voir quelles alliances s’établissent avec les opérateurs télécom.

Et c’est tout frais, un Hackathon Google TV se prépare à Paris les 12 et 13 octobre. Stay tuned.

Quelques liens pour finir :

Du legacy au Cloud en moins d’une heure

Vous avez entendu parler de Code Story ? David est l’un des initiateurs (avec Jean-Laurent).

Ici, il est reparti de l’exercice qui nous avait été soumis pour le second tour du concours de sélection pour Code Story Devoxx France qui a eu lieu en février : GildedRose Webstyle

La session qu’il nous a proposé était une session de live coding avec zéro slides et une grande démonstration de maîtrise.

En 45′ il est parti de l’application initiale pour la simplifier et la mettre sur le cloud (Github + Heroku + utilisation de CDN), une belle leçon pour tous les participants à Code story qui avaient planché sur le sujet initial (consistant « juste » à simplifier, refactorer, et exposer via une application web).

Quelques leçons à retenir  :

  • introduire de la symétrie, de la répétition dans le code avant de faire des extractions de méthodes
  • dupliquer pour mieux simplifier / factoriser par la suite
  • astuce de productivité élégante pour live coding : l’anti sèche sous forme de macro dans l’IDE

Les réactions pendant et après la session ont été nombreuses sur Twitter, voici la mienne.

Retrouvez le résultat sur le Github de David.

Programatoo pour les grands : how your kid can code ?

Vous n’avez pas encore entendu parler de Programatoo ? Dans ce cas c’est le moment de vous y intéresser.

A une époque où il est question d’informatique au lyçée, une initiative lancée par Aline, salariée de la société SFEIR, s’intéresse à l’initiation des enfants à la programmation (pour reprendre l’accroche : « Jouer à programmer »).

Après avoir co-animé un atelier lors de Devoxx France, Audrey vient ici (accompagnée de Ludovic) sensibiliser les développeurs et parents informaticiens à la démarche.

Quels sont les valeurs et points forts de Programatoo ?

  • Animer / organiser des ateliers parents / enfants (dès l’âge de 6 ans)
  • Apporter conseil et aide
  • Diffuser l’information sur les outils disponibles
  • Le tout en français (cela comprend donc notamment des initiatives de traduction)

D’autres initiatives existantes que les speakers ont recensé et qui montrent que cette démarche se popularise :

Le principe général d’un atelier Programatoo est le suivant :

  • une douzaine d’enfants
  • 2 itérations de (1h de code + 30′ de démo)
  • un goûter pour finir
  • des fous rires, de l’enthousiasme, bref … que du bonheur (pour reprendre un constat fait en discutant en soirée avec Audrey, « un feedback bien plus appréciable que celui qu’on peut trouver dans notre quotidien de développeur »)

Vous me direz peut-être que vous n’êtes ni à Paris, ni près d’un lieu où se déroulent des ateliers ? Et bien voici pour vous une liste d’outils à explorer :

Enfin, quelques conseils par les speakers pour ceux qui souhaiteraient tenter l’expérience en groupe :

  • disposer d’une salle assurée pour recevoir des enfants
  • disposer d’un vidéoprojecteur, d’enceintes et d’un micro
  • faire remplir des formulaires d’autorisation parentale (tant pour les enfants venant seuls que pour l’usage des photos potentiellement prises lors de l’atelier)
  • avoir des postes sous Windows pour une plus grande compatibilité avec les différents outils

Et si vous avez besoin d’un coup de main, l’équipe Programatoo se fera un plaisir de vous aider, n’hésitez pas à les contacter.

Retrouvez également Programatoo sur Twitter

Remerciements

Je tenais notamment à remercier les organisateurs ainsi que les sponsors, en particulier Google qui a mis en jeu une place pour les 5 jours de la conférence européenne Devoxx … place que j’ai eu la chance de remporter.

Et bien entendu, un évènement ne serait rien sans ses participants … surtout en fin de journée.

A l’année prochaine ?

Une réflexion au sujet de « Retour sur la 3ème édition du JUG Summer Camp »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *