Pourquoi on peut croire en Windows Phone…

Cet article est le premier d’une (longue ?) série sur le thème Windows Phone.
On va commencer par analyser les raisons qui peuvent nous faire penser qu’on peut croire en cette plateforme…

La nécessité de repartir d’une page blanche

Au début de l’aventure de Microsoft sur les terminaux mobiles professionnels et grand public, les OS « PocketPC » (jusqu’en 2003) et « Windows Mobile » (de 2003 à 2010).

L’époque est lointaine (le concurrent se nommait alors Palm Pilot), mais je me rappelle avec émoi de mon cher Compaq IPaq, qui m’a rendu bien des services et initié aux joies de la mobilité.

Encore commercialisé en 2010, l’OS parait daté face à ses concurrents : « bouton démarrer » et ergonomie générale trop calquée sur la platforme Windows « desktop »…

La perception de la marque est alors bien ecornée sur le marché du mobile. La part de marché s’érode et chute en dessous des 5%.

Ne pouvant se passer d’une présence dans le monde des smartphones (désormais plus d’une vente de mobile sur 2 !), et ayant une concurrence solide (IOS, Android, RIM), Microsoft doit frapper fort.

Quoi de mieux que repartir d’une page blanche, puisque la rétrocompatibilité a toujours été l’épine dans le pied de l’éditeur ?

Le concept Windows Phone

Donc, exit la rétrocompatibilité avec Windows Mobile, on fait place nette et on réinvente un concept.

Au centre : la stratégie largement mise en avant lors des derniers TechDays : « 1 cloud, 3 écrans » (le PC/tablette, le mobile, la TV).

Pour développer cette stratégie, on inscrit Windows Phone dans le mouvement de fond qui révolutionne les interfaces des OS Microsoft : Metro.

Metro est un langage de design d’interface graphique qui s’applique sur toutes les plateformes destinées à l’utilisateur final : PC & tablettes (Windows 8), téléphones (Windows Phone 7), et console de jeux (XBox). S’appliquant partout, elle offre une cohérence à l’utilisateur, et lui permet de ne pas avoir à se familiariser avec d’autres environnements graphiques.

Les principes essentiels de Metro sont :

  • propre, léger, ouvert et rapide : le design de distingue visuellement de l’existant, contient des espaces vides (!), réduit l’encombrement d’information àl’écran, et élève la typographie en tant qu’élément clé du design
  • mise en avant du contenu plutot que la forme : c’est souvent ce qui déconcerte les utilisateurs; les interfaces graphiques paraissent dépouillées, sansfioritures. C’est sciemment le cas, pour mettre en avant les informations que l’on veut communiquer à l’utilisateur. Le message marketing de la prmière version deWindows Phone le vendait d’ailleurs comme un téléphone qu’on achetait pour justement … faire autre chose que l’utiliser de par le temps gagné grâce à sa simplicité(peut-être pas la meilleure idée de publicitaire depuis Mad Men…)
  • intégration du matériel et du logiciel
  • cohérence : une application Metro doit respecter des guidelines précises, pour que l’utilisateur se sent tout de suite à l’aise grâce à des interactionsapplicatives qui lui sont familières

L’essayer, c’est l’adopter. On se retrouve très vite à en faire la publicité auprès de ses amis pour faire découvrir la richesse et la facilité d’utilisation de cet OS. D’ailleurs, Windows Phone 7 a gagné l’Award du meilleur OS mobile pour 2011 décerné par le site KnowYourMobile.

Le lancement, les performances commerciales

Si les premiers Windows Phone sont sortis en 2010, ils n’ont obtenus qu’un succès d’estime, car il n’y eu alors que très peu de combinés disponibles, ils furent mal ou pas distribués (jamais mis en avant dans les boutiques par méconnsaissance des vendeurs et du public) et quasiment aucun battage médiatique n’a accompagné cette sortie.

Ce relatif échec peut il être annonciateur d’un destin à la XBox ?

  • flop pour la 1ère génération
  • grand succès pour la 2ème !

Quoi qu’il en soit, nous sommes maintenant fin 2011.

Mango est sorti en Septembre en tant qu’OS, les premiers téléphones sont disponibles depuis Novembre.

L’association Nokia / Microsoft fonctionne à plein régime, avec la production de plusieurs terminaux grand public dont les tests sont très élogieux dans la presse.

Le manque d’applications dans la MarketPlace est désormais bien moins criant qu’au départ, de par l’effort d’évangélisation de Microsoft.

Ne disposant d’aucun chiffres de vente à l’heure actuelle, car on est encore trop proche de la date de lancement de Mango, on peut essayer de trouver des éléments plus ou moins factuels pour éclairer notre lanterne quant au succès de la plateforme…

 

En tout cas, la machine de vente est en marche, avec de nombreuses campagnes de communication sur les canaux digitaux ou traditionnels, de l’incitation au développement d’applications…

Pourquoi se lancer dans le développement d’une application Windows Phone ?

Après le faux départ de 2010, la fusée décolle en 2011.

  • Les fournisseurs de contenus et de services déjà présents sur les marketplaces des OS mobiles dominant doivent se poser la question : peut on passer à côtéde ce marché certes naissant, mais dont tout porte à penser qu’il va rencontrer une forte croissance ?
  • Les entreprises doivent étudier les apports de WP7 en terme d’intégration dans leur système d’information (ce sera l’objet d’un autre article de blog)
  • Les développeurs trouvent
    • un écosystème plus rémunérateur que l’Apple Store dans la proportion de revenu qui leur est restituée lors des ventes d’application.
    • un environnement de développement très productif, Visual Studio (ce sera aussi l’objet d’un autre article prochainement)

Pour tous ces acteurs, l’heure est peut être venue d’exploiter un système innovant et pouvant apporter plus de services et de valeur ajoutée à leurs utilisateurs…

L’avenir nous le dira, comme on dit… mais pour ceux qui n’ont pas le temps d’attendre l’avenir, Novedia se propose de vous accompagner sur vos développements Windows Phone 7 !

Une réflexion au sujet de « Pourquoi on peut croire en Windows Phone… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *