ParisJug Google – Wave (part3)

Mais elle était si longue cette soirée ??? Pas assez malheureusement, beaucoup d’infos diffusées en très peu de temps, voici donc la dernière partie de notre compte-rendu …

Google Wave

Cette présentation, faite par Didier Girard et Salvador Diaz, fut une succession de démos Wave, M. Girard préférant nous montrer du concret … et il n’a pas eu tort. Juste pour rappel, Wave est une plateforme de collaboration web, qui essaie de réunir tous les moyens de communications actuels et de les regrouper dans une vague, une ‘wave’. Ainsi une wave est un flot de communication qui peut contenir toutes sortes de choses : du chat, des fichiers, des mails, des images. Une wave est une succession de ‘Blips’ : chaque composant qui s’ajoute dans une wave est donc un blip. Le langage Google Wave est maintenant défini !

Voyons maintenant comment développer sous Wave … une Wave peut contenir deux choses intéressantes :

  • des gadgets : comme des gadgets iGoogle, sauf qu’il y a une notion multi utilisateur et shared context
  • des robots (rien à voir avec Goldorak comme nous l’a subtilement fait remarquer Didier !) : participant automatique d’une wave

Comment développer un gadget ? Il suffit pour cela d’écrire une classe qui étends Gadget, d’écrire son comportement, et attention, de le déployer sous GAE !!! On parle là de la méthode Girard, on n’est pas obligé d’utiliser GAE, mais il semble clair qu’on aurait tort de s’en priver ! Ce fut l’objet de la première démo : Qui se cache derrière le coq ? Ce gadget anime la mascotte du jug, et lorsqu’on parvient à cliquer dessus, surprise : le visage d’Antonio Goncalves (co-fondateur du jug) apparait ! Forcément, ça a fait réagir positivement la salle, qui était pleine à craquer !

Comment développer un robot ? Il s’agit en fait d’une servlet, qui a pour mission d’écouter une wave, et qui est bindée à une appli sur GAE (par exemple). Un robot peut modifier le contenu d’une wave et communiquer à l’extérieur de la wave (autres waves, applis externes, persistence BD etc…). Pour développer un robot il faut étendre la classe AbstractRobotServlet pour définir le comportement du robot après avoir défini le scope de ses events dans le fichier capabilities.xml. Ceci fut l’objet de la deuxième démo où les membres de l’auditoire envoient des sms sur un numéro indiqué au début, et le robot réceptionne les sms et les affiche dans la wave … impressionnant et très interactif. Les intervenants ont même eu la bonne idée de créer un sondage sms pour savoir combien de personnes étaient intéressés par le prochain JUG. Ce fut l’occasion de se délecter des réponses de certains participants !

Pour en savoir plus sur le développement de gadgets, allez voir ici, et pour le développement des robots, allez voir .

Lors d’une troisième démonstration, nous a été présentée une ébauche d’application de gestion hébergée sur une wave : une gestion de demandes de congés, avec la mise en place d’un workflow de validation. Bien qu’on n’ait pas pu bien voir le code, tout a été dit avec cette dernière démo : Google Wave peut être le théâtre d’un nouveau modèle de développement informatique, qui, associé à GAE (forcément me direz-vous), permet à Didier Girard de nous laisser entrevoir ce monde idéal où le développeur est au centre de l’innovation (développeur=innovateur selon ses propres termes).

Voilà donc que se termine cette soirée Google, somme toute assez riche, bien qu’inégale, et trop courte, on aurait pu parler pendant des heures de toutes ces technologies, et même d’autres (GWT 2.0 par exemple !), mais il ne s’agissait pas de refaire le Google I/O !… (ni un Google User Group d’ailleurs 😉

Vous pouvez retrouver les slides de toutes les présentations (sauf de GoogleWave) ici (déjà linkés au fil des précédents posts).

N’oubliez la soirée Java EE 6 et Spring 3.0 qui aura lieu le 8 Décembre.

On se retrouve au prochain jug ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *