On aime, on partage #53

Bienvenue dans la série « On aime, on partage » de Viseo Technologies ! Chaque semaine retrouvez les meilleurs articles du web issus de notre veille technologique.

Craftsmanship

Learn to craft, par Bruno Boucard & Jean-Laurent de Morlhon

Ce jeudi, lors du Meetup Alt.NET qui s’est tenu à la Société Générale, Bruno et Jean-Laurent ont partagé leur projet d’apprentissage du craftsmanship. Ils vont porter au grand public le travail de formation de craftsmen réalisé à la SGCIB.

L’objectif consiste à la transformation des développeurs en Software Craftsmen sur une durée de 6 mois.

Au programme : l’analyse du fonctionnement des équipes, apprentissage du clean code/refactoring/TDD/SOLID, l’apprentissage des « code smells », l’apprentissage de BDD, du hardcore refactoring (sur du code legacy), le tout par petite touche de Pair-Programming régulièrement. Et pour finir l’entretien de tout ce savoir régulièrement à travers des coding dojo games, refactoringhackaton, et la participation à des meetups.

Stay tuned.

Web

Tristan NITOT quitte Mozilla

Tristan se recentre ainsi sur la rédaction d’un livre et des activités de coaching, sans pour autant se retirer du secteur du logiciel libre et du web.

Nous tenons à lui rendre hommage pour son travail et lui souhaitons plein de bonnes choses pour cette nouvelle aventure.

Lire la suite…

Première édition parisienne de NoSQL Matters les 26 et 27 mars

NoSQL MattersNoSQL Matters est une conférence que nous connaissons bien chez Novedia / Viseo Technologies, dans la mesure où nous n’avons pas hésité à dépasser nos frontières pour aller à Cologne en 2013 et 2014, ainsi qu’à Barcelone en 2013.

Cette année, à l’occasion de la 8e édition de cet évènement européen, nous sommes heureux de voir arriver cette conférence en France, et plus précisèment à Paris, pour une première édition les 26 et 27 mars dans un format Atelier + Conférence. En effet, 2015 est une année importante pour la conférence puisqu’elle passe de deux éditions (Cologne, Barcelone) à quatre éditions (Berlin, Barcelone, Paris, Dublin) réparties tout au long de l’année.

Le programme prend forme et, si vous avez raté la période d’early bird, nous avons l’honneur de vous proposer, en collaboration avec les organisateurs, un code de réduction de 20% sur les formules Regular (un jour) et Combi (deux jours), ce qui vous fera donc faire une économie de 60 ou 100 € selon le type d’inscription. Pour cela, rien de plus facile : renseignez le code promo « ViseoTechBlog_2015 » lors de la commande de votre billet.
Lire la suite…

On aime, on partage #52

Bienvenue dans la série « On aime, on partage » de Viseo Technologies ! Chaque semaine retrouvez les meilleurs articles du web issus de notre veille technologique.

Web & Mobile

Facebook annonce React Native

Une annonce majeure en keynote d’ouverture de la conférence React.js qui s’est déroulée dans les headquarters de Facebook cette semaine. Une citation extraite de twitter : « iOS and Android native using all the same ideas as React, all the power of native ».

La version 3.0 de Lodash est sortie

Au programme :

  • L’ajout de plusieurs méthodes sur les chaînes de caractères (dont certaines présentes dans ES5 et ES6)
  • L’évaluation retardée des méthodes chaînées (elle se fait désormais lors de l’appel explicite ou implicite de la méthode value() )
  • Une amélioration des performances de 20 à 40 %
  • Des changements majeurs entrainant une perte de compatibilité avec la version précédente, mais un outil pour vous aider à migrer
  • Et bien d’autres évolutions

Plus d’informations dans le changelog.

Gulp + Browserify: The Everything Post

Très bon article sur Gulp et Browserify, qui permet notamment de comprendre l’utilité et la puissance de Browserify (qui gagne en popularité).

Browserify permet d’utiliser la syntaxe require utilisée dans Node.js afin de charger des modules au sein d’un navigateur en regroupant et organisant intelligemment toutes les dépendances. Il permet également de gérer les dépendances externes via npm et de se passer ainsi de Bower.

Lire la suite…

Il faut en finir avec l’agilité « romantique »

Marie et Hervé viennent d’acheter une maison de caractère dans un petit village de Normandie. Ils sont très fiers de leur acquisition, bien que l’aventure soit loin d’être finie : il y a encore de gros travaux à faire. Parmi les changements qui préoccupent le couple, il y a une grosse dizaine de fenêtres à changer : vieilles de plus de quarante ans, en vitrage simple, elles accusent sérieusement leur âge. En fait, en grattant un peu, Hervé s’est aperçu qu’elles s’effilochaient à l’ongle. Le doute n’est pas permis : il faut tout changer. Heureusement, au sein même du village travaille Marc. Marc est maçon. Et un maçon très réputé, capable très largement de sortir de son cœur de métier – le béton – pour faire toutes sortes de travaux. Changer une fenêtre : il sait faire. Intéressés, Hervé et Marie consentent à lui confier ce chantier-là aussi. C’est plus simple de s’adresser au même artisan. Si Marc est si compétent, c’est que c’est un passionné. Il a construit sa maison de ses mains et refait bien des habitations du village. D’ailleurs, le village, c’est un peu sa chose : il y est né, il l’a restauré, il l’a embelli, il est en très fier. D’ailleurs, Marc est fier. Seulement voilà, Hervé a posé une condition inacceptable : les fenêtres devront être refaites en PVC. C’est pratique, c’est moins cher, c’est plus simple. Marc est atterré. Dans un village dont l’origine se perd aux temps des Plantagenets, le PVC, ça fait tâche. Marc fait son travail : il conseille Hervé et Marie. On peut faire, dit-il, de très belles ouvertures en chêne. Avec les traitements actuels, elles tiendront bien encore cent ans. Hervé et Marie écoutent attentivement, mais cabrent sur le prix. Il est double. Hervé et Marie ont un budget qui n’est pas extensible et clairement, les fenêtres en chêne n’entrent pas dans leurs priorités. Donc ce sera du PVC. A moins que Marc puisse les faire au même prix. Très déçu, mortifié même, Marc a presque failli accepter. Mais ce serait perdre deux milliers d’euros : un mois de salaire. Une fois seul dans son chantier, Marc rumine. Il a bien essayé d’expliquer encore et encore au couple que le PVC est une erreur : rien n’y a fait. Les fenêtres en chêne, c’est non et re-non. Mais voilà, Hervé et Marie sont retournés à Paris, et Marc est, pour un bon mois, le seul maître à bord. Alors Marc prend la décision de décider à la place d’Hervé et Marie : « Dès qu’ils verront les fenêtres en chêne dans la belle maison superbement restaurée, ils comprendront leur erreur et applaudiront ! » Marc en est certain : n’est-il pas l’homme de l’art ? Ne sait-il pas cent fois mieux ce qu’il convient de faire ? En plus, lui, est normand. Marc a monté les fenêtres en chêne, sans bien sûr en avertir Hervé et Marie. Hélas, cela a pris un peu plus de temps que prévu – le Lapeyre du coin n’avait pas les articles en stock – et le chantier ne pourra pas être fini à temps. Presque,  mais pas tout à fait. C’est tout de même de la belle ouvrage. Le week-end suivant, Hervé et Marie viennent visiter leur future demeure. Au premier coup d’œil, ils sont ravis. Un peu étonné tout de même que les finitions ne soient pas faites et qu’ils ne pourront donc pas passer leur première nuit dans leur nouveaux « chez eux ». Leur étonnement grandit lorsque Marc leur présente les premières factures. Et Marie a tôt fait de remarquer que les fenêtres sont de chêne et le prix aussi. Marc a beau se défendre et démontrer, rien ne vient calmer la fureur d’Hervé. Le ton monte aussitôt et les noms d’oiseaux fusent. La rage d’Hervé est spectaculaire : en moins de dix minutes, le parisien a perdu toute la confiance qu’il avait dans le normand. Non, il ne paiera pas les fenêtres en chêne ! Et oui, dès que Marc aura fini ce qui est en cours, on stoppera la relation-là ! Et que Marc s’estime heureux qu’il ne lui fasse pas payer des pénalités de retard ! Marc, bien sûr est outré : il a l’impression qu’Hervé en fait une question de principe et que son beau travail – car il a bien travaillé – n’est absolument pas pris en compte. Les deux hommes se séparent irrémédiablement brouillés. Désormais, ils ne se parleront que par avocat interposés. Et à la fin, c’est Marc qui perd le procès… Qui a raison dans l’affaire ?

C’est Hervé qui a raison.

Pourquoi ? Parce que c’est le CLIENT.

C’est le CLIENT qui paie, donc ’est le CLIENT qui décide. L’artisan propose, conseille, négocie un prix mais à la fin DOIT faire ce que le CLIENT demande. Ou laisser un autre artisan le faire. Ainsi vont les relations commerciales. Et vous, qu’auriez-vous fait à la place d’Hervé ? De Marc ? Mais me direz-vous, pourquoi raconter cette histoire de BTP dans un blog qui traite de développement logiciel ? Eh bien, parce que la métaphore du BTP est merveilleusement compatible avec notre activité de développeurs, où il est question de réalisation à façon, « d’architecture », de « craftmanship » (= artisanat). C’est d’ailleurs une métaphore à laquelle je reviens, chaque fois que sur un projet, il se passe un incident et qu’il faut trouver une solution. Essayez, vous verrez que cela marche très bien :). Si j’ai raconté cette histoire, donc, c’est qu’il m’est fréquent de rencontrer des développeurs qui ont oublié leur professionnalisme en chemin. Ce sont de bons « devs ». Ils ont des convictions. Ils savent que telle ou telle technologie est « innovante » et que telle autre ne l’est pas. Du moins, ils l’affirment face à d’autres « devs », probablement aussi bons et qui affirment le contraire. Les Marc, dans notre métier, sont légions. Hélas. Trop de « devs » exigent de n’en faire qu’à leur tête. Et ils ont trouvé un extraordinaire alibi : l’agilité. L’agilité dit : le « dev » doit être écouté. Certes. Mais écouté, ne veut pas dire obéi. Le product owner, qui est owner du product, n’est-ce pas, doit lui aussi être écouté. Et obéi, lui. Si, si. Les méthodes agiles, ce n’est pas un processus « low cost » dans lequel tout le monde fait ami-ami, où des « product owners », en fait « owner » de rien partagent leur préoccupations avec des « devs » compatissants, à grand rayon d’action, artisans sans engagement (c’est-à-dire ne subissant pas eux-mêmes les conséquences financières de leurs errements) souverains sans partage dès qu’il est question de technologies ou de priorités autre que métier. Et tout ce petit monde de dépenser l’argent du client – l’entreprise qui a commandé le projet – sans que personne ne se soucie vraiment de lui en rendre des comptes précis. Ça,  c’est le TP entre étudiant, le club des passionnés, voire même, la cour de récréation. Ce n’est pas l’agilité. L’agilité, c’est beaucoup plus sérieux. L’agilité c’est Hervé et Marie qui commandent des fenêtres en PVC, c’est Marc qui conseille le chêne, c’est Marie et Hervé qui refusent, c’est Marc qui fait en PVC comme on le lui a demandé et qui finit dans le budget et les délais promis. C’est Marc qui ne facture pas les dépassements dans le cadre de son engagement et qui en supporte les conséquences. L’agilité c’est Marc, un artisan professionnel, qui dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. Il exerce son droit de conseil (bien sûr) et accepte qu’on ne décide pas comme il l’aurait souhaité. C’est aussi, bien sûr, Hervé et Marie qui paient sans discuter dès lors qu’ils ont accepté le devis de Marc et que le travail est fait et bien fait. Il ne faut pas faire d’affaire avec les amis dit la sagesse populaire. Sage sagesse en effet et qui s’applique aussi à l’agilité. Hervé et Marc ne sont pas des copains. Leurs relations sont cordiales, pas amicales. Hervé est un client, Marc est un fournisseur. Ils échangent souvent afin qu’Hervé puisse être pleinement satisfait sans que Marc enchaine d’inutiles travaux. C’est un double respect, scellé par une tractation financière : respect des choix d’Hervé, respect des efforts de Marc, plus un chèque échangé entre les deux hommes à la fin. Son montant est convenu à l’avance. C’est une relation commerciale et un travail réalisé dans un cadre professionnel. Le premier principe, celui de la collaboration est acquis (les deux hommes discutent, chacun dans sa sphère de responsabilité). Le principe de la réaction au changement aussi (Hervé peut changer d’avis, pourvu qu’il défraie Marc en cas de surcoût), ce sont des itérations courtes (Hervé et Marie reviennent un week end sur deux, sauf exception) et la validation se fait bien sur le travail réalisé (la restauration de la maison, qui avance). Le processus est bien agile. Lorsque notre boussole professionnelle ne perd pas le nord magnétique, c’est-à-dire qu’elle continue de prendre en compte la relation client/fournisseur, les attributions de chacun, les usages commerciaux en vigueur, la nécessaire organisation humaine, nous réussissons assez systématiquement les projets agiles. L’échec de bien des projets agiles est dû au fait… qu’ils ne sont pas agiles. Ils ne sont pas agiles car ils ne sont plus professionnels. Quand l’agilité, c’est d’abord « une nouvelle façon de travailler », c’est «  la suppression de toute hiérarchie », c’est « le consensus entre tous les acteurs », c’est l’entreprise sans dessus-dessous, travailler sans devis (c’est-à-dire sans engagement), la convivialité au détriment de l’organisation, le travail choisi et non commandé, le droit de faire ce que l’on veut, de ne plus rien mesurer, de ne montrer que lorsqu’on en a envie, lorsque ce sont des abstractions qui ne reposent que sur d’autres abstractions, on obtient le chaos. Et avec le chaos, vient invariablement l’échec. C’était comme ça, il y a mille ans, il y a cent ans, hier, aujourd’hui et, sans vouloir jouer à Madame Soleil, demain, dans cent ans, dans mille ans… L’agilité n’a pas changé le monde : l’artisan est agile depuis la sédentarisation de l’homme. On a juste, très modestement, appliqué ce modèle qui est le plus pertinent à notre métier. Et ça marche. Alors, pour réussir nos projets, remisons le grand soir de la révolution professionnelle. Les grandes aspirations humaines à l’idéal et les idées les plus généreuses sont l’honneur de l’humanité. Mais elles ne sont pas le quotidien, ni du « dev », ni du « PO », ni de Marc, ni d’Hervé. Il faut en finir avec l’agilité « romantique ».

Categories: Divers Tags:

On aime, on partage #51

Bienvenue dans la série « On aime, on partage » de Viseo Technologies ! Chaque semaine retrouvez les meilleurs articles du web issus de notre veille technologique.

Java

Pivotal arrête le sponsoring des projets Open Source Groovy et Grails

La news de la semaine sans doute dans le monde Open Source : Groovy 2.4 et Grails 3.0 seront les dernières versions majeures sous le sponsoring de Pivotal. En effet, après le 31 mars, la société – pourtant très ancrée dans l’Open Source – arrêtera de s’investir dans le pilotage et le financement de ces deux projets Open Source majeurs dans le monde Java. Il en est de même pour les salariés de Pivotal travaillant sur ces sujets, qui sont donc indirectement invités à voler de leur propres ailes puisqu’ils n’auront plus le soutien de leur actuel employeur pour travailler à temps plein sur ces projets.

Rassurez vous, Pivotal ne compte pas décommissioner ses frameworks de ces technologies (Groovy occupe notamment une place importante dans Spring Boot). Une FAQ vient clarifier la position de Pivotal sur ce sujet.

Groovy et Grails sont donc à la recherche d’un ou plusieurs nouveaux mécènes :

Microsoft

Présentation de Windows 10 et du navigateur Spartan

Retour sur la présentation du 21 janvier par Microsoft, lors de laquelle ce dernier à confirmé le projet Spartan (navigateur destiné à remplacer Internet Explorer) et a donné plus de détail sur Windows 10. On apprend en particulier que Windows 10 sera gratuit pendant 1 an si vous possédez une version de Windows 7 ou Windows 8.1.

Enfin, l’alternative à Siri version Microsoft, nommée Cortana, devrait équiper à la fois Windows 10 et Spartan.

Lire la suite…

Premiers pas avec ElasticSearch

Dans un premier post, j’ai testé comment enregistrer un grand nombre de données par batch en utilisant Spring Batch et une base MongoDB. L’exemple était d’enregistrer le nom des villes du monde avec quelques caractéristiques. Pour aller plus loin, je souhaiterai faire des recherches parmi ces noms de ville. On peut tout à fait utiliser MongoDB pour cela, mais autant tester un vrai moteur d’indexation/recherche : ElasticSearch. Lire la suite…

On aime, on partage #50

Bienvenue dans la série « On aime, on partage » de Viseo Technologies ! Chaque semaine retrouvez les meilleurs articles du web issus de notre veille technologique.

Web & Mobile

Why AJAX isn’t enough

Un article sur le pubsup et WAMP (Web Application Messaging Protocol).

Comparatif StackOverflow de frameworks JS populaires

Quelques statistiques comparatives sur le volume de questions / réponses pour AngularJS / EmberJS / Backbone.
Chacun pourra interpréter à sa façon.

.NET

Gestion des exceptions avec Polly

Polly est un package Nuget qui permet de définir des policy pour la gestion des exceptions de manière fluent. Il permet de gérer des policy comme Retry, Retry Forever, Wait and Retry ou Circuit Breaker.

Scott Hanselman en parle dans son blog.

Lire la suite…

La conférence Microsoft « Embarquez pour l’internet des objets » comme si vous y étiez

La conférence Microsoft du 16/12/2014 « Embarquez pour l’internet des objets » comme si vous y étiez

Eléments clés à retenir :

La conférence organisée par Microsoft dans ses locaux à Issy les Moulineaux, faisait salle comble avec des profils variés, du geek au chef d’entreprise.

Déroulement de la conférence : La conférence commence par une introduction sur l’internet des objets (IoT = Internet Of Things), une présentation des 5 tendances clés de l’IoT puis la réponse de Microsoft à ce nouveau marché.


Les éléments clé de la réponse de Microsoft : Microsoft vise 3 cibles

  1. le grand public
  2. les développeurs
  3. l’entreprise

1- Pour les produits grands publics, Microsoft déclare : « L’internet des objets démarre avec vos objets, des objets du quotidien à qui l’on donne des capacités de communication et d’interaction via l’internet des objets. »
Pour illustrer ce point, la société présente le Microsoft Band est un objet connecté est doté de 10 capteurs, disponible sur 5 plateformes, avec une partie service appelé Microsoft Health.

2- Pour faciliter la vie des développeurs sur l’IoT Windows propose une plateforme convergente avec du code qui s’exécute sur n’importe quel device de l’écosystème Windows (Windows 10) avec une licence gratuite.

3- Pour l’entreprise, Microsoft déclare : « Les données deviennent la nouvelle devise »
La stratégie de Microsoft est de proposer aux entreprises des outils sur Azure Cloud pour créer de nouveaux services et donc de nouveaux profits en utilisant l’internet des objets.

Conclusion

La conférence est très clairement une opération séduction à destination des développeurs d’une part et des entreprises d’autre part.

Microsoft a mis en place plusieurs outils à destination des développeurs et des entreprises pour entrer de plein pied dans l’IoT , on peut s’attendre à ce que la société devienne un des acteurs clés de ce nouveau marché.

Bonne lecture du déroulé de la conférence.

Lire la suite…

On aime, on partage #49

Bienvenue dans la série « On aime, on partage » de Viseo Technologies ! Chaque semaine retrouvez les meilleurs articles du web issus de notre veille technologique. Après la trève liée aux fêtes de fin d’année, nous reprenons les bonnes habitudes et vous partageons quelques faits marquants des dernières semaines.

Mais avant tout, nous tenons à adresser à nos lecteurs tous nos voeux pour cette nouvelle année.

Web & Mobile

Espresso 2.0 est sorti

Espresso, le framework de test pour Android développé par Google, fait maintenant officiellement partie de l’outillage Android.

Un framework pour la construction d’applications responsives

Zurb lance Foundation for Apps, un framework pour créer des applications responsives, en particulier avec AngularJS.

Lire la suite…

Retour sur le forum PHP 2014

Le forum PHP a orienté son édition 2014 sur le thème « du concept à la production, PHP 1er à l’arrivée ».  Cet événement a eu lieu sur deux jours  à Montrouge les 23  et 24 octobre 2014, au Beffroi de Montrouge et a été organisé par l’AFUP, Association Française des Utilisateurs de PHP.

Viseo fait profiter chaque année l’un de ses collaborateurs afin d’y relever les tendances de la communauté. Le programme de cette année tourne autour de 4 axes de conférences : retours d’expérience PHP à grande vitesse, gagner du temps avec l’écosystème open source PHP, Agile et Devops en PHP, les solutions du développeur PHP rapide.

Lire la suite…

Categories: Forums et Salons, Web Tags: ,