Mon retour sur le JUG Summer Camp

Le JUG Summer Camp s’est déroulé le vendredi 10 septembre à l’espace ENCAN de La Rochelle. Il a en fait commencé quelques heures plus tôt autour d’une tablée d’une bonne vingtaine de personnes (locaux, Tourangeaux, Parisiens, etc.). On retrouvait pour le dîner les organisateurs, des speakers, les incontournables Duchess et des habitués des rencontres Java.

C’est aussi ça les conférences : de bons moments passés autour d’un verre et d’un repas pour discuter Java, réseauter, ou parler de diverses choses (y compris les derniers ragots concernant d’éminents membres de la communauté 😉 ). D’ailleurs plusieurs d’entre nous avons remis le couvert le lendemain soir. Entre temps, une journée de conférence riche en contenu nous attendait.

Je vous propose donc, non pas un résumé exhaustif, mais plutôt une synthèse des sessions auxquelles j’ai assisté, et mes impressions. De quoi éventuellement vous décider à aller consulter les supports de présentation et vidéos des sessions (liens en fin de billet).

Keynote d’introduction : Les communautés, par Emmanuel Bernard (JBoss / Red Hat)

Synthèse

Les communautés, Emmanuel connaît bien : régulièrement présent au ParisJUG, Spec Lead au sein du JCP, Lead Developer sur les projets Open Source Hibernate, et initiateur du podcast Français sur Java Les Cast Codeurs. Il nous liste donc un certain nombre de communautés, par catégories :

  • Open Source
  • Personnes qui collaborent pour aller vers un but commun : JCP, Les Cast Codeurs
  • Groupes d’utilisateurs : JUGs
  • Personnes qui partagent une passion pour un jeu : Battle.net, Starcraft 2
  • Graphes sociaux : Facebook, LinkedIn, Twitter

Emmanuel nous a expliqué sa vision des communautés, les différents acteurs qu’on peut y trouver, les facteurs clés de réussite, ainsi que les motivations et bénéfices que chacun peut avoir à s’investir dans une communauté.

Sur ce dernier point, on notera les éléments suivants :

  • l’argent
  • la reconnaissance
  • le plaisir
  • une croyance

Cette session se résume en un mot : Participez ! car … avant de recevoir, il faut donner.

Impressions

Emmanuel prêchait là un convaincu. Avec plus de 6 ans à oeuvre au quotidien dans une / des communauté(s), je partage son analyse et conseils. En s’investissant dans une communauté, on en tire assez rapidement des bénéfices qui varient selon le degré d’implication et le contexte (un emploi, une visibilité, un réseau, des avantages, ou tout simplement … des merci).

Le Futur de GlassFish, par Alexis Moussine-Pouchkine (GlassFish Team, Oracle)

Synthèse

Alexis, après un petit disclaimer Oracle, est revenu sur l’historique du serveur d’application Open Source GlassFish qui a vu le jour en juin 2005. Comme pour faire la transition avec la keynote, il a présenté GlassFish comme une communauté elle même décomposée en sous-communautés (pour chaque brique – implémentation d’un des standards de Java EE – faisant partie du serveur, mais exploitable au sein d’un autre serveur ou en standalone). La majorité des lecteurs le savent sans doute, mais GlassFish est l’implémentation de référence de Java EE depuis l’édition 5 (la version 3 a été rendue disponible le même jour que les spécifications finales de Java EE 6).

Après avoir décrit les caractéristiques de Java EE 6 et celles de GlassFish 3.0, Alexis est revenu sur la période transitoire faisant suite à l’annonce du rachat de Sun par Oracle, agrémentée de nombreuses rumeurs concernant GlassFish (l’annonce de sa fin, simple rôle d’implémentation de référence, participation fermée aux seuls collaborateurs Oracle, etc.). Une fois le rachat effectif, tout cela a été remis à sa place via la publication d’une roadmap allant jusqu’à GlassFish 4.0 (implémentation de Java EE 7).

A retenir : GlassFish et Weblogic sont tous les deux positionnés dans le segment Fusion Middleware de l’offre d’Oracle, mais seul Weblogic se destine à l’intégration d’autres éléments de la stack middleware d’Oracle.

Notons enfin la forte contribution de Serli au développement de GlassFish.

Impressions

Depuis le temps que GlassFish est sorti de l’ombre, je ne m’y suis toujours pas intéressé. Le rachat de Sun par Oracle a sans doute découragé certains de se pencher dessus, mais maintenant que le rachat est du passé et la communication claire sur la roadmap de GlassFish et son positionnement par rapport à Weblogic, il est venu le temps de se repencher dessus. Présentation peut-être un peu trop théorique et tournée sur Java EE 6. On apprécie par contre la démo qui montre quelques unes des capacités du serveur.

ExoSocial – OpenSocial, par Tugdual Grall et Jérémi Joslin (eXo Platform)

Synthèse

Tugdual et Jérémi nous ont introduit OpenSocial qui représente un ensemble d’APIs destinées aux réseaux sociaux. Initialement porté par Google, Open Social est désormais suivi de près par d’autres éditeurs tels SAP, Oracle, IBM, eXo Platform.

Open Social peut se décomposer en 2 parties :

  • des données sociales et des APIs (JavaScript, REST)
  • des conteneurs de gadgets (HTML, CSS, JavaScript, I18N) et APIs

L’implémentation de référence d’Open Social est Apache Shinding, sur laquelle repose d’ailleurs l’implémentation d’eXo Platform qui l’intègre à son portail GateIn et propose un outil de développement / déploiement de gadget via eXo IDE.

Ce qu’il faut retenir : Le principe des gadgets s’oppose au modèle des portlets dans la mesure où il s’agit ici d’une technologie cliente et non serveur : un gadget s’affiche via une iframe et se décrit sous un format XML regroupant notamment des déclarations HTML et JavaScript (appels des APIs Open Social).

Impressions

Session très intéressante sur un sujet qui risque d’être très porteur dans les prochains temps. eXo continue de se montrer sur le devant de la scène et de renforcer son portefeuille produits de façon cohérente (petit cocorico). De quoi réconcilier les développeurs lassés par la complexité du modèle de développement à la Portlets. Reste à voir ce que peuvent en penser les puristes du HTML, en particulier l’adéquation susceptible d’être attendue avec la norme HTML5 émergente.

JDuchess

Synthèse

Après la pause déjeuner, la parole fût donnée à 3 des représentantes de Duchess France : Claude, Ellène, et Audrey

Vous ne connaissez pas ce regroupement de femmes passionnées par la technique (notamment Java) qui a pour but d’aider la population féminine à se regrouper pour faire valoir ses compétences et se serrer les coudes ? Vous trouverez plein d’informations et compte-rendus de conférences sur http://jduchess.org/duchess-france/

Parmi les messages passés par les Duchess lors de la conférence :

  • Duchess France, ce n’est pas une organisation féministe, certains hommes s’investissent d’ailleurs dans le projet (j’en fais partie).
  • Duchess France ce n’est pas que Paris, des antennes se créent en région, initiatives encouragées et soutenues par les membres les plus actives. Le groupe est reconnu comme Virtual Java User Group (VJUG).
  • Duchess France n’a pas pour vocation de se substituer aux JUGs locaux, mais se veut complémentaire via des actions comme l’Avant JUG qui permet aux femmes (et les hommes qui les accompagnent) d’échanger autour d’un verre avant de se rendre à la soirée organisée par le ParisJUG.
  • Duchess France, c’est un agenda regroupant l’ensemble des évènements francophones pour vous permettre de ne pas rater les évènements ayant lieu près de chez vous.
  • Duchess France, c’est enfin des groupes de travail (destinée autant aux femmes qu’aux hommes) comme celui préparant le passage de l’examen de certification SCJP.

Impressions

Continuez ainsi Mesdemoiselles et Mesdames, vous avez tout mon soutien.

Google App Engine : le cloud façon Google, par Christophe Jollivet (Apside, ToursJUG)

Synthèse

Après être revenu sur le concept de cloud et ses déclinaisons à différentes échelles que sont l’IaaS, le PaaS et le SaaS, Christophe est revenu sur l’historique de GAE en rappelant qu’initialement en avril 2008 GAE a été lancé avec le seul support de Python.

Après un résumé de l’architecture de GAE qui repose sur le duo JSP/Servlet, les protocoles HTTP et HTTPS, et un ensemble de services (mail, datastore, etc.) fournis par Google, une bonne partie de la présentation consistait à détailler les caractéristiques du cloud Google en se focalisant sur les avantages et inconvénients.

Impressions

Beaucoup de contenu et d’informations pertinentes. Il manquait peut-être quelques exemples concrets (copies d’écran ou démo) pour mieux s’approprier le propos (outils de développement, modèle de persistance). De quoi néanmoins s’intéresser à l’offre Google App Engine for Business.

Spring en production, par Julien Dubois (Responcia)

Synthèse

Après quelques rappels sur les différents modes de configuration (XML, annotations, JavaConfig) de composants gérés par Spring, Julien a partagé un certain nombre de bonnes pratiques sur l’usage de Spring.

Julien nous a également proposé quelques conseils concernant l’usage d’Hibernate et parlé des problématiques de monitoring (support / configuration JMX avec Spring, Hyperic, New Relic).

Impressions

Je dois bien avouer que j’en attendais davantage, mais compte tenu des retours d’autres participants je suis bien forcé de nuancer. La difficulté d’une conférence / présentation réside dans l’adéquation du contenu avec l’audience, il était donc délicat de combler pleinement les plus expérimentés d’entre eux (ce qui ne veut pas dire que je n’ai rien appris 🙂 ).

Outils d’audit et d’administration avec JOnAS, par Florent Benoit (Bull)

Synthèse

Cette session, très orientée autour du serveur d’application JOnAS (implémente pour l’instant la norme Java EE 5), avait pour but de présenter les fonctionnalités et l’architecture de son système d’audit. Après avoir évoqué l’architecture OSGi de JOnAS qui repose sur Apache Felix, Florent nous a présenté deux outils d’audit / administration :

  • diagnostic de fuites de connexion JDBC et configuration d’une fermeture automatique de connexion
  • diagnostic de blocage de thread avec visualisation de la pile d’appel dans la console de monitoring

Florent nous a montré le résultat de l’audit dans la console d’administration de JOnAS illustrant notamment la pile d’appel et les temps passés dans chaque composant. Il nous a également expliqué qu’il était possible de suivre une requête sur plusieurs serveurs, exécution de requêtes asynchrones comprise, ceci grâce à la propagation d’un identifiant.

L’outil est en licence Open Source LGPL, est prêt à l’emploi et compris dans la version 5.2 de JOnAS (non dissociable du serveur à ce jour).

Sa force est son intégration au serveur, et il s’oppose en cela à des outils non intégrés commerciaux (ex. Introscope de CA, dynaTrace, etc.) pour lesquels la phase de configuration est notable.

Impressions

Des idées et concepts intéressants. Davantage de doutes quant à l’utilisation de l’outil tel quel compte tenu de la faible adoption du serveur JOnAS. Néanmoins, je suis d’accord avec le speaker sur le fait que ce genre d’outil a un avantage certain sur des produits plus généralistes qui adressent le SI dans sa globalité et nécessitent davantage de configuration et d’accompagnement (et me semblent plutôt adaptés à de grosses structures souhaitant rationaliser et centraliser cette activité).

Conclusion

Une conférence loin de Paris, une veille de Week End, c’est le pied. En dehors de parisiens, cela m’a donné l’occasion de revoir Christophe (Jollivet), Xavier (Hanin) et de mettre un vrai visage sur d’autres membres actifs de la communauté (Orianne, Jérôme, Mickael Baron, etc.)
Et que dire des différents repas / verre avant, pendant et après.

La plus grande valeur dans ce genre d’évènements, ce n’est pas forcement le contenu technique des présentations. La partie réseau et le partage avec nos pairs est également un facteur clé de succès.

Je tiens à souligner l’organisation remarquable, en particulier en ce qui concerne le déjeuner. Félicitations à Orianne et Jérôme, et un grand merci à SERLI. On en redemande pour 2011 !

Vous pouvez retrouver les présentations sur le site de l’évènement et les vidéos sur le canal Parleys du Poitou-Charentes JUG lorsqu’elles seront mises en ligne. Vous trouverez également des résumés complets des sessions sur le blog des Duchess ainsi qu’une synthèse sur le blog Le Touilleur Express.

Enfin, un dernier mot pour remercier ma relectrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *