Accueil > Mobile, Objets connectés > Internet dans la voiture… Restez connectés ! (2/2)

Internet dans la voiture… Restez connectés ! (2/2)

Après cette première introduction à la voiture connectée de demain, il me parait impossible de ne pas mettre un coup de projecteur sur ce qui se fait actuellement dans ce domaine. De cette observation, il convient d’en tirer quelques conclusions et perspectives pour l’avenir.

Des solutions et des écosystèmes qui émergent…

Bien évidemment, l’arrivée d’Internet dans les véhicules est une véritable lame de fond dans la filière automobile. Du constructeur à l’équipementier en passant par les fabricants de GPS embarqué, voici un florilège de concepts et programmes déjà lancés :

Au Mobile World Congress de Barcelone, au cœur du monde des télécoms donc, nous avons pu constater qu’il y avait des projets concernant l’arrivée d’Internet dans les véhicules.Une société israélienne, Comodo Console, présentait son système embarqué et son univers d’applications pour un usage en voiture.

Par ailleurs, sur le stand d’Intel, l’OS  MeeGo a été présenté et intégré dans un système embarqué disposant d’un écran résistif tactile de 7 pouces, d’un lecteur DVD et d’un GPS. Cet équipement et la plateforme de services développée sur cet environnement prévu pour le domaine automobile, sera disponible dès Octobre  2011 sur les modèles du constructeur chinois Geely.

A l’occasion du mondial de l’auto de Genève, le constructeur scandinave Saab a présenté un concept car équipé d’un système embarqué (projet iQon)  reposant sur l’OS Android et disposant d’une palanquée de services.

Ceci est donc un aperçu du positionnement de quelques acteurs du monde de l’automobile dans ce secteur  en pleine évolution. Encore une fois, avec ces exemples, nous voyons que le monde des télécoms et l’émulation autour des plateformes de services équipant les Smartphones actuellement commercialisés, ont une influence directe sur le monde de l’automobile.

Désormais l’émergence de  solutions permettant à la voiture d’être connectée à Internet, verra naître des écosystèmes autour des plateformes de services multimédia embarqués. Concrètement, cela va se traduire par la mise au point de différents SDK (Software Development Kit) reposant sur les choix technologiques effectués pour mettre en place ces solutions. Ces kits de développement, véritables boîtes à outils pour les développeurs,  intégreront un certain nombre d’API permettant de communiquer directement avec le Système d’Information du véhicule tout en préservant la sécurité informatique inhérente à l’exposition de données.

La plateforme de services Entune de Toyota.

Avec cet environnement, qui se rapproche effectivement de l’écosystème des Stores et services (applications/Web- Apps) sur Smartphones, des éditeurs auront  la capacité de développer leurs contenus et leurs services sur les écrans des voitures connectées de demain. L’exploitation des données du véhicule par des services tiers, constitue en soi une petite révolution et la possibilité de créer de nouveaux services à fortes valeurs ajoutées, ce qui n’est pas négligeable.

Toutefois, il faut souligner deux choses qui risquent de freiner l’enthousiasme des éditeurs de services. Tout d’abord, il sera intéressant d’observer les différents écosystèmes qui vont véritablement fonctionner lors de leur mise en marché, du fait de la fragmentation des solutions et des différents choix techniques qui auront été faits. On peut raisonnablement se demander si cette grande diversité ne risque pas de rebuter certains développeurs ou éditeurs de services. Aussi, certains constructeurs font le pari de choisir  des plateformes de développement connues de type Android (Java), Windows embarqué ou encore des  technologies Web standards (html, JavaScript, css) pour bénéficier d’un effet levier  grâce aux communautés  de développeurs.

Enfin, la faible volumétrie de véhicules connectés et équipés de plateforme de services multimédia, constituera sans doute un autre défi pour attirer des éditeurs de services. Quand on sait qu’en Europe, environ 10 millions de véhicules sont produits chaque année, on est encore loin des 100 millions d’iPhones vendus rapidement par Apple à titre de comparaison… Souvent, un éditeur aura tendance à privilégier un volume conséquent de clients potentiels et à repenser en fonction son business model pour décliner son service sur un support numérique particulier. En définitive, les éditeurs devront appréhender ce canal embarqué pour comprendre les usages et la pertinence des services qui pourront être envisagés…

Néanmoins et face à ses risques que nous venons d’évoquer,  des industriels de la filière automobile se sont regroupés pour faire émerger des standards ouverts autour du multimédia embarqué et de l’infotainment. Ces standards permettront sans doute de réduire les coûts de R&D et favorisera une certaine interopérabilité entre des supports numériques divers, du moins c’est bien l’objectif de la GENIVI Alliance qui devrait voir les premières retombées de son travail en 2013.

Un marché plein de promesses…

Au-delà des problématiques techniques, il faut comprendre que nous sommes au début de l’univers multimédia connecté dans la voiture. Les perspectives sont effet très prometteuses. Parmi les premières applications qui feront sens dans une voiture connectée citons les services orientés « vehicule centric » : alertes radars, info trafic, météo, éco conduite, diagnostic véhicule, points d’intérêts à proximité (stations/hôtels/restaurants/…), etc.

Dans un second temps, il convient de comprendre que les marques automobiles vont se saisir de ce nouveau canal de communication pour établir un lien direct avec leurs clients installés dans le véhicule. Toute une série de services autour de la relation client et l’entretien du véhicule pourront être imaginés; du concessionnaire au garagiste en passant  par l’assureur, c’est une chaîne à fortes valeurs ajoutées qui peut être mieux maîtrisée voire analysée par toute une filière.

Enfin, le projet de la voiture connectée ne va sans doute pas en rester là si on considère toutes les déclinaisons possibles tant sur le marché BtoC que BtoB. Il devient effet facile d’imaginer une entreprise équipée d’une flotte de véhicules équipé d’un ordinateur de bord connectée qui intègre des applications métiers de la société…

A terme, le projet de la voiture connectée intégrera la distribution de services pour tous les passagers de la voiture. Par exemple durant un trajet, les enfants qui constituent les passagers à l’arrière du véhicule, pourront tranquillement regarder un film, que leur mère aura préalablement sélectionné depuis l’ordinateur de bord… Puis , l’évolution se poursuivra avec le WIFI à bord, l’intégration de tous types de Smartphones et surtout celle de leurs applications. Les solutions de reconnaissances vocales ne seront pas en reste, mais en disant cela, on sait que les tous derniers véhicules du moment proposent déjà des options de ce genre…

Tout ceci tâtonne encore mais à l’image des changements d’énergie et de motorisation que connait l’automobile, j’imagine que l’informatique embarquée est la seconde transformation de la voiture. Ceci parachèvera la mutation profonde des groupes automobiles actuels.

Regardez La Google Car, une voiture  sans pilote…, un véhicule avec énormément d’informatique, d’électronique, de capteurs….et de moins en moins de mécanique… bientôt un ordinateur sur roues!

Avant que cette fiction ne devienne peut-être une réalité, il sera nécessaire de résoudre des problèmes de sécurité.  Il faudra nécessairement que les marques automobiles et la législation des pays, proposent des « usages sécurisés » ne troublant pas l ‘attention du conducteur face aux services multimédia que nous venons d’évoquer.

Par ailleurs, la sécurité des Systèmes d’Information des véhicules sera un enjeux crucial. Avec l’arrivée d’Internet sur le système embarqué du véhicule, on augmentera obligatoirement les risques de piratages comme sur n’importe quel système informatique connecté au réseau. Il conviendra donc de répondre à ces failles de sécurité et aux conséquences là aussi fâcheuses pour les occupants de ce type de véhicule…

Bref, l’automobile s’inscrit dans cette génération du tout connecté à chaque instant et c’est bien le sens de l’histoire…

  1. GUEDOUDJ
    08/04/2011 à 15:21 | #1

    Bonjour, je viens de lire avec attention votre article « Internet dans la voiture… Restez connectés ! « . Je cherche depuis quelques jours des ouvrages et/ou des publications se raportant aux systemes embarqués et aux télécommunication afin de répondre a une problématique:
    « Enjeux et défis de l’électronique embarquée dans le futur de l’automobile « connectée ».
    Je recherche en particulier des informations se raportant à la fiabilité, la robuteste et la sécurité des systèmes à partir des matériels qui constituent le marché actuel dans ce secteur d’activité. Si éventuellement vous auriez des inforamtions concernant ce sujet, je serais ravi de vous lire. Merci

  1. Pas encore de trackbacks