[HTML 5] & .NET

HTML 5

Le voilà enfin,  le nouveau langage web  révolutionnaire, la fin des problèmes de compatibilité entre les navigateurs, la solution à tous nos soucis de développeur web. Bon, ce que je viens d’écrire est peut-être un peu trop optimiste… Certes, HTML 5 a pour objectif de standardiser les technologies du web mais il ne faut pas rêver,  ce ne sera pas, ou plutôt,  cela ne semble pas être la solution miracle.



<Intro>

Si vous ne le savez pas encore, HTML 5, comme le présuppose son nom, est la nouvelle version de HTML après HTML 4.1. Cette évolution de l’HyperText Markup Language se veut être à la fois un regroupement de bonnes pratiques observées depuis plusieurs années sur la toile et dans les entreprises mais aussi un regroupement de nouvelles fonctionnalités qui faisaient défaut. Initiées au départ, par les trois géants du web que sont Apple, Google et Mozilla au sein du Web Hypertext Application Technology Working Group (WHATWG), ces spécifications ont été ensuite reprises par le W3C pour être normalisées.

HTML 5 a aussi pour ambition de simplifier son utilisation qui s’est complexifiée avec le temps. Prenons pour exemple, la déclaration de certaines balises qui a été réduite au strict minimum. La déclaration du doctype devient très simple. La déclaration des scripts JS inline devient implicite.

L’implémentation de nombreux types de validations client comme la validation d’une chaine de caractères (email, code postal, numéro de téléphone…) est facilitée par l’utilisation d’attributs natifs.

La réalisation d’effets graphiques simples tels que, les coins arrondis, les ombres (de texte ou de boite) ou les dégradés de couleur deviennent natifs en CSS 3 (avec malheureusement encore quelques variations entre les différents navigateurs…).

<ASP.NET MVC>

The right way for HTML 5 !

Logo .NETHTML 5 arrive avec son lot de bonnes nouvelles et nous devons, en tant que modestes développeurs ASP.NET, être prêts à l’accueillir. Pour celles et ceux qui n’auraient pas encore mis leur nez dans l’implémentation du pattern MVC en ASP.NET, c’est le moment.

A mon sens, pour faire du HTML 5, il faut oublier les contrôles ASP.NET standards, produisant du code HTML plus que perfectible. Il faut désormais se tourner vers ASP.NET MVC qui permet d’avoir la maitrise totale du code HTML final. Fini les gros Datagrid très pratiques générant un code HTML lourd. Le développeur revient aux fondamentaux du développement web et doit recoder son beau tableau à la main mais avec beaucoup plus d’API qu’avant, simplifiant ainsi son implémentation. Le résultat est un code HTML plus propre, plus léger pour transiter sur les réseaux et facilement maintenable pour les éventuels intégrateurs. Le passage à HTML 5 se fait alors naturellement.

Des frameworks déjà disponibles, fournissent des méthodes évitant aux développeurs de réinventer la roue. Ils permettent notamment de simplifier l’accès aux éléments des pages, la gestion des évènements, la communication avec le serveur…

<Limitations>

HTML 5 en ASP.NET est donc bien possible mais jusqu’où ? Il est aisé de dire « Mon application est en HTML 5 » en ajoutant simplement le doctype qui correspond, mais l’est-elle vraiment ?

Les principaux acteurs du web se sont incontestablement associés pour définir les standards de cette nouvelle mouture mais, malheureusement, ils ne s’accordent toujours pas sur l’ensemble des aspects de la spécification. L’exemple frappant reste celui de la prise en compte des formats vidéo. Chacun voudrait que son standard vidéo soit celui retenu dans la spécification et cela donne un grand n’importe quoi. Pour le moment, pas de réel changement par rapport à la version précédente d’HTML, le format vidéo supporté dépend du navigateur. Pour être cross navigateur, il faudra prévoir une version de la vidéo pour chaque format existant. Quel dommage pour une spécification qui se veut être une standardisation ?!

Certaines implémentations de HTML 5 ne sont pas encore disponibles pour toutes les plateformes. En effet, parmi les évolutions apportées par cette nouvelle version du langage, l’implémentation des flux duplex via les web sockets n’est pas entièrement prise en charge par la plateforme .NET. Si la partie cliente dépend uniquement du navigateur, la partie serveur a aussi un rôle à jouer.  Or, le serveur IIS ne supporte pas encore le protocole web sockets. Pour le moment, seuls quelques serveurs d’application les supportent, tels que Jetty et Node JS (le serveur en Javascript). Il n’est donc pas possible d’utiliser cette évolution avec une plateforme full .NET. Il faudra attendre la plateforme Windows 8 avec IIS 8 et ASP.NET 4.5.

<Applications>

Pour résumer, HTML 5 est déjà là. Plus ou moins terminé, plus ou moins standard entre les navigateurs et les plateformes. Mais attention, si certaines fonctionnalités sont déjà présentes, la spécification n’étant pas finalisée, celles-ci peuvent être modifiées !

Donc, pour savoir dans quels cas il faut se lancer dans l’aventure HTML 5 et dans quels cas il vaut mieux l’éviter, il faut se poser les bonnes questions. Il faut commencer par identifier le type de l’application concernée et les utilisateurs finaux de cette application.

Si l’application est un site grand public, on veillera à bien étudier les nouvelles fonctionnalités que l’on souhaite utiliser sur le site. Cette fonction est-elle implémentée sur tous les navigateurs ? Y a-t-il un risque que l’implémentation change avant la fin de l’élaboration des spécifications ? (Et bien sûr, cette fonctionnalité est-elle bien adaptée à tous les visiteurs ?)

Si l’application est une application intranet, le scope des utilisateurs finaux est plus réduit et le nombre de navigateurs utilisés est souvent limité. On peut donc choisir d’utiliser telles ou telles nouvelles fonctionnalités du langage en ciblant les navigateurs. En entreprise, il est aussi possible de les imposer ce qui réduit encore l’éventail des navigateurs clients.

<Conclusion>

Au final, HTML 5 apporte un réel plus dans l’implémentation des applications web mais il faut prendre garde car les spécifications ne sont pas encore terminées. La version finale est prévue pour cette année mais rien ne dit que cette version sera conforme à ce qui est déjà écrit.  En attendant, tous les grands acteurs du web s’y préparent et Microsoft sera évidemment au rendez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *