Google Wave en vrai

(suite de mon post précédent)

Ayè ! J’en suis 🙂 J’ai mon accès Google Wave.

Premiers contacts pas à pas :

  • Je regarde la vidéo de présentation incluse dans la Vague d’introduction. J’apprends un nouveau mot : un “blip”. C’est le bout de message ajouté ou modifié quand on intervient sur une Vague (une Vague est une composition de Blips).
  • Demie-surprise : je retrouve dans ma liste de contacts Wave mes contacts Google qui ont déjà un compte Wave (5 personnes seulement : on a tout de suite l’impression d’appartenir à un club très “select”). Ca veut dire que tous ces correspondants savent que je suis “Wavisé”. Petit malaise : Big Brother n’est pas loin.
  • J’édite mon profil (c’est assez bien caché : il faut cliquer sur son nom dans les contacts mais celui-ci n’est pas apparemment “sensible”). Big Brother 2, le retour : il me propose d’ajouter des liens vers des sites qui ont un rapport avec moi. On retrouve dans la liste, des sites “Google” en relation avec moi (Picasa, Youtube), mais aussi d’autres sites sans rapport directs avec Google !!! En fait, il s’agit de domaines dont je suis le propriétaire et dont les sites sont hébergés chez OVH…
  • Difficile de trouver les “robots”, ces contacts qui permettent des usages alternatifs de Google Wave (publier un Twit ou un blog par exemple). Je dois faire un passage par l’aide en ligne pour arriver à faire mon premier Wave Twit.
  • Déception : je ne trouve pas le robot magique qui m’aurait permis de publier ce post directement via une Vague. En revanche, j’ai trouvé quelques robots amusants via un site tiers.
  • Les forums sont très vides et il n’y a pas de FAQ (il y a plus de buzz autour de GW que de vrai info dedans !)

Conclusions à chaud :

  • Le nom est bien choisi, mais les initiales me posent un petit problème personnel…
  • Si mes amis et collègues ne sont pas sur la Vague, je n’ai pas les moyens de communiquer avec eux par ce biais (pas de passerelle simple vers le courriel traditionnel ni même vers Google Talk). Donc, pour le moment, ça ne sert pas à grand chose et je ne peux même pas faire une démo sympa 🙁
  • La peinture n’est pas sèche. On voit en permanence des fonctions qui manquent, des erreurs d’ergonomie flagrantes… qui expliquent l’usage “restreint” (100 000 c’est restreint à l’échelle Google) ou des trucs qui ne fonctionnent pas (comme le robot “Bloggy” permettant de blogger une Vague mais qui affiche en permanence un message d’erreur) ou accessibles uniquement à certains utilisateurs.
  • A contrario, au fur et à mesure qu’on s’en sert, plein d’usages nouveaux viennent à l’esprit. En vrac et sans filtre (à chacun des usages suivants, il faut ajouter systématiquement l’adjectif “… collaboratif”) :
    • Mind Mapping
    • prise de note et compte-rendu de réunion
    • constitution de FAQ
    • modélisation
    • interview
    • pair programming

Maintenant j’attends avec impatience :

  1. D’avoir la possibilité d’inviter du monde et d’échanger avec mon entourage
  2. D’avoir accès à la sandbox pour que mon côté geek puisse s’exprimer.

A bientôt pour la suite donc.

2 réflexions au sujet de « Google Wave en vrai »

  • 17 octobre 2009 à 21 h 20 min
    Permalink

    Salut Greg,

    je reviens sur ton blog pour indiquer ce qui suit :

    1. si (yes we can)!, tu peux communiquer avec d’autres personnes qui ne possèdes pas un compte wave, il faut juste un robot utilisant xmpp (les robots ce n’est que sur appEngine pour le moment qui vient de donner accès au protocole XMPP récemment)

  • 29 octobre 2009 à 10 h 20 min
    Permalink

    pair programming 🙂 Plutôt que d’avoir un qui tape et l’autre dans son dos, les deux contribuent en même temps, chacun sur son clavier… On peut même aller au delà de 2. On peut aussi imaginer que l’on puisse rejoindre (surveiller) les waves de code de tous les membres d’une équipe, à tout moment. Merde ! Big brother revient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *