Billet Live What’s Next

What’s Next.The place to be !!

Comme le laissait entendre la campagne de communication réalisée à l’occasion de cet évènement inédit en France.

En effet, imaginez durant deux jours une douzaine de conférences animées par des gourous de la technique dans le cadre somptueux du grand Rex tout cela orchestré par un acteur indiscutable de la formation technologique en France, Zénika, Société de Services Informatiqes et organisme de formation.

Tout semblait réuni pour faire de cette grande première une véritable réussite, mais qu’en est-il réellement ?

Le JOP, communauté technique Java de Novedia, a fait le déplacement et ses ambassadeurs nous livrent leurs impressions  dans ce billet live  !

JOP – Bonjour pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs ?

Bang :

Bonjour je suis membre du JOP et Ingénieur d’études et développement en Java EE chez Novedia Solutions. J’espérais découvrir et apprendre beaucoup de cette conférence What’s Next, une première à Paris. Voyons voir ce que les technologies de demain nous réserve.

Medhi :

Bonjour, je suis développeur Java EE Junior avec moins d’un an d’expérience et je fais de la veille technologique durant mon temps libre.

Jean-Max :

Bonjour je suis membre leader du JOP et Chef de Projets Technique au forfait. Évidemment je m’intéresse de près à Java EE et de son écosystème et le What’s Next constituait pour moi une bonne opportunité de découvrir les technologies et les approches qui vont alimenter les débats d’experts dans les mois qui viennent.

JOP – Alors… Quelles sont vos impressions à l’issue de ces deux journées de conférence ?

Bang :

Des conférences très techniques présentées par des speakers de grande qualité.Pour les javaistes il fallait s’attendre à autre chose que du java. C’est peut-être du à la dernière version de java 6 (2006) et depuis et bien pas grande chose.En tout cas l’ambiance était au rendez-vous durant ces 2 jours avec une organisation et un timing sans faille.

C’est ma première participation à un évènement de ce genre et j’ai trouvé que les sujets étaient variés et convenaient à un public large.Toutes les conférences étaient en anglais, de ce fait il était parfois difficile de comprendre toutes les subtilités des présentations, néanmoins l’ensemble restait compréhensible avec un peu de concentration et de détermination.Le dernier jour a eu raison de moi.

Medhi :

Il faut spécifier que c’est le premier évènement dédié à Java et son écosystème auquel j’assiste et j’avoue avoir été un peu déçu du contenu de certaines conférences.Je m’explique… En fait j’ai eu l’impression parfois d’assister à un meeting d’éditeurs logiciels venus vendre leur solution (Spring VMware et sa suite Cloud Foundry par exemple). Là où j’attendais plutôt des débats d’experts j’ai plutôt entrevu des discours commerciaux.

Jean-Max :

En ce qui me concerne, j’ai trouvé l’initiative très bonne et l’organisation était véritablement sans faille.
Malheureusement les conférences ne présentaient pas toutes le même intérêt même si globalement la promesse de parler de technologies amenées changer notre façon de concevoir des logiciels a été tenue. En tout cas le timing était respecté, les intervenants étaient bien évidement de qualité avec des pointures dans notre milieu (Adrian Coyler,Jevgeni, etc.)
et le contenu des conférences était très dense.

JOP – Quelles seront les grandes tendances technologiques dans les mois à venir ?

Bang :

La majorité des conférences tournaient autour du Cloud Computing :

Et bien entendu l’arrivée de HTML 5 n’est plus une surprise maintenant. Quand les standards s’adaptent aux besoins de l’utilisateur, on les accueille à bras ouverts.

Medhi :

A plusieurs reprises j’ai entendu évoqué le fait que le challenge s’était déplacé coté client avec la multiplication des « form factor » pour accéder aux applications d’entreprises. Et puis sclabilité, distribution, replication fault tolerence et self healing étaient des termes récurrents.

Jean-Max :

En prenant un peu de recul, on voit se dessiner clairement deux voies dans lesquelles beaucoup d’acteurs de notre secteur vont s’engouffrer :

  • Le « Connect anywhere & everywhere « avec la banalisation des services du  Cloud  : PaaS, IaaS, SaaS (ndlr le Cloud Computing en mobilité est d’ailleurs très en vogue chez SpringSource).
  • La scalabilité et la haute disponibilité des architectures applicatives qui adresse la problématique principale des éditeurs logiciels et des DSI : la continuité de service.
  • HTML 5 et ses WebSockets dont l’arrivée imminente constitue une petite révolution pour les amoureux des interfaces web riches.

JOP – Quels seront les prochains duels pour déterminer les nouveaux standards ?

Bang :

Quel sera le futur du RIA ?

La question est posée et pour y répondre la technologie phare de Adobe, Flex 4, va encore plus loin en facilitant le développement rapide d’applications mobiles dans un langage commun (AS et MXML) ainsi que celui des applications riches destinées au monde professionnel.Couplé à la suite LiveCycle, cette nouvelle version de Flex promet beaucoup.

Arrivant à grand renfort d’articles et de démonstrations en tout genre, HTML 5 s’impose comme le nouveau standard pour créer des pages web. En facilitant la création de page riches avec l’ajout de nouvelles balises et en offrant une meilleure intégration des styles avec CSS3, HTML5 reste mon grand favori. Nous verrons ce que nous réserve le futur !

Medhi :

Je réponds sans hésiter : le modèle relationnel qu’on essaie d’améliorer et d’optimiser comme on a vu avec SQL Fabric contre NoSQL et Cie.
Mais hors contexte de standardisation je vois un autre duel, un duel de passion entre les challenges de développement coté Front (avec des technologies telles que HTML 5, Flex 4) … et les défis du développement coté Back End avec toutes les problématiques de haute disponibilité, de déploiement, etc …

Jean-Max :

Le What’s Next proposait de découvrir les concepts de base de Frameworks, d’architectures logicielles ou de langages nouveaux et innovants. Parmi ces challengers de poids qui viennent enrichir l’écosystème Java EE, on imagine facilement les prochains duels inévitables et attendus par les experts techniques :

  • La technologie propriétaire de Adobe, Flex 4, se mesurant au HTML 5 de la W3C sensé devenir le nouveau standard du développement d’interfaces web riches.
  • L’API Java Message Service bien connue des développeurs Java s’opposant à AMQP, le protocole ouvert pour les systèmes de messagerie orientés middleware, dans la course à la première place pour l’échange asynchrone de messages entre systèmes hétérogènes.

Ces rivalités s’annoncent d’ores et déjà passionnantes car elle modifieront à n’en pas douter nos habitudes (bonnes ou mauvaises) en matière de développement logiciel dans les mois à venir.

JOP – S’il n’y avait qu’une chose à retenir de ces deux journées de conférence quelle serait-elle ?

Bang :

La conférence de Theo Schlossnagle est la plus marquante puisque après toutes les présentations faisant l’apologie du Cloud, de l’optimisation de la mémoire, du NoSQL il nous a fait réaliser l’essence même d’une bonne architecture logicielle :
« Il vaut mieux concevoir un système simple afin de garantir un développement plus aisé, des tests plus faciles à mettre place et une meilleure maintenabilité. »
Si cette maxime semble d’une évidence indicutable, elle reste très difficile à appliquer dans la pratique.

Medhi :

Pour tirer profit à court terme de ces deux jours de conférence je vais essayer de jouer avec Spring Data. Cette surcouche facilite la réalisation d’applications se basant sur les nouveaux modèles de données non-relationnels et les Frameworks map-reduce (Adrian Colyer a fait un excellent travail marketing).

Jean-Max :

Il existe beaucoup de technologies alternatives mais toutes n’ont pas le même niveau de maturité. Avant de se lancer à corps perdu dans leur apprentissage il reste de nombreux progrès à faire

sur la conception et l’implémentation de systèmes complexes et distribués basés sur la plateforme Java EE que dont nous ne maîtrisons pas encore toutes les subtilités.

JOP – Quels sont les sujets que vous souhaiteriez approfondir ?

Bang :

La présentation des WebSockets de HTML 5 m’a beaucoup plu et je pense d’ailleurs y consacrer un futur billet.
En revanche je suis personnellement très intéressé par l’ensemble des nouveautés de HTML 5 et leurs implémentations.
Les utiliser dans une application blanche sera l’occasion pour moi de tester leur efficacité face aux standards actuels du web.

Medhi :

Je ne suis pas un fan du développement d’applications mobiles, par contre j’ai hâte de me pencher sur des problématiques
d’architecture touchant de près à la haute disponibilité et, pourquoi pas, construire une expertise sur ce sujet passionnant.

Jean-Max :

AMQP me semble un élément très intéressant pour penser des architectures globales sans se préoccuper de savoir si des applications devant communiquer ont été bâties sur le même langage.

Devenu depuis peu spécialiste de JMS qui n’est pas toujours simple à intégrer à cause de la multiplication des implémentations et des produits,  je suis curieux d’expérimenter ce protocole d’échange de messages et de comparer les performances des solutions existantes (Rabbit MQ en tête) à celles des standards que sont Websphere MQ d’IBM ou Active MQ de la fondation Apache.

Se familiariser aux différentes offres de Cloud Computing me paraît également un atout indiscutable pour l’après What’s Next.

JOP – Un mot pour conclure ?

Bang :

Deux jours bien remplis avec des conférences parfois trop techniques à mon goût.
Il va falloir se préparer un peu la prochaine fois pour ne pas être dépassé : je penserai à bien revoir mon anglais !!

Mehdi :

Vivement les prochaines conférences : Devoxx, the next level conference où il y aura en plus de la possibilité de sélectionner les conférences auxquelles on souhaite assister, des ateliers pratiques et les BOFs.

Jean-Max :

Deux journées bien agréables qui laissent cependant un petit goût amer : il va falloir être patient jusqu’à la prochaine édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *