Accueil > Cloud > AWS Summit 2013 : Voyage dans le nuage à Paris

AWS Summit 2013 : Voyage dans le nuage à Paris

Le 25 juin dernier, au CNIT de la Défense, se déroulait l’Amazon Web Services Summit, un évènement très attendu par une communauté d’utilisateurs de plus en plus nombreux de la plateforme de Cloud Computing d’Amazon. Alors, que ressort-il de cette journée ? Je vous propose à travers ce billet de découvrir les grandes tendances du petit monde du Cloud Computing en France à travers un décryptage de l’évènement.  Alors prêt à voyager dans le nuage informatique ?

Une organisation au sommet

Si le terme « Summit » peut faire sourire, il faut bien reconnaitre que l’organisation était à la hauteur de l’évènement puisque c’est dans le très moderne Centre des Congrès et des Expositions du CNIT que se déroulait cette journée de rencontre entre les experts AWS, leurs partenaires et les utilisateurs français de la plateforme. Accueil et formalités d’inscription rapides, salles de conférences hig-tech, partenaires et exposants très nombreux, rafraichissement et grignotage en tout genre et espace lounge pour discuter au calme avec le French User Group AWS…Bref tous les ingrédients étaient réunis pour passer une journée technique et conviviale ! Ah oui mais j’oubliais un détail quand même essentiel…Et les conférences dans tout ça ?

De la forme, du contenu…

Après avoir parlé de la forme, intéressons-nous au contenu de cette journée… un contenu qui se voulait complet ! Après la traditionnelle session plénière animée par le Vice-Président Produit et le Directeur de la Sécurité chez AWS, nous avons démarré notre tour d’horizon d’Amazon Web Services à travers trois thèmes distincts :

  • Démarrer avec le Cloud ;
  • Aller plus loin avec le Cloud ;
  • Optimiser votre IT Hybride avec le Cloud.

Plusieurs tracks donc, pour mieux sensibiliser les visiteurs aux usages et bonnes pratiques du Cloud, en tenant compte de leur niveau d’expérience sur la plateforme AWS. On notera également, qu’en parallèle des conférences, une équipe d’experts AWS France donnait la possibilité de prendre en main les services les plus courants de la plateforme de Cloud (EC2, EMR, S3, RDS, IAM, etc.) à travers une série d’ateliers pratiques justement nommés hands on labs.

Au final si le contenu proposé était alléchant, cette diversité ne rimait pas forcément avec qualité à cause de l’intérêt  relativement limité de certaines interventions…un peu trop commerciales à mon goût. Néanmoins, quelques sujets ont su sortir du lot en présentant un critère indispensable pour se forger une opinion de la qualité de l’offre Cloud d’Amazon : le retour d’expérience des utilisateurs  français.

…Et des messages clés

C’est d’ailleurs l’illustration du principal message de cette journée : « Le marché du Cloud existe bel et bien en France et se développe rapidement ». Ainsi plusieurs sociétés françaises majeures comme Canal+, Schneider Electric ou Lafarge, ont déjà franchi le cap en réalisant plusieurs projets tirant profit de la puissance des infrastructures d’AWS . Alors le Cloud Computing modèle informatique d’avenir ou phénomène de mode dans le monde très innovant de l’IT ? Le débat reste ouvert entre défenseurs et détracteurs de l’informatique en nuage. Cependant, en étant pragmatique, tout bon DSI ou spécialiste de l’informatique devrait au moins démarrer sa réflexion en en se posant les questions suivantes : Le Cloud est-il une transformation nécessaire à l’entreprise IT moderne ? Quel bénéfices l’entreprise peut-elle espérer de l’informatique en nuage ?

Cinq bonnes raisons d’adopter AWS…Vraiment ?

Par une Direction Informatique, la décision de s’appuyer sur une plateforme de Cloud Computing publique comme solution d’hébergement  principale ou secondaire doit s’appuyer sur deux axes stratégiques : l’optimisation des coûts et l’agilité de l’infrastructure.

Concernant  la maîtrise du coût des infrastructures IT, l’utilisation d’Amazon Web Services permet de :

  • Substituer aux dépenses (souvent conséquentes) d’investissement en ressources informatiques (Capex), les dépenses d’exploitation de ces ressources (Opex) ;
  • Réduire les coûts d’exploitation de ses infrastructures grâce à un modèle de facturation à la consommation.

S’agissant de l’agilité de la plateforme, la multitude de services disponibles dans l’offre AWS contribue à :

  • Rendre ses infrastructures et ses services élastiques pour mieux anticiper les variations imprévisibles du trafic utilisateurs grâce à l’approvisionnement dynamique de ressources (cf. image 1) ;
  • Déployer rapidement ses services à l’échelle mondiale en fournissant un minimum d’efforts ;
  • Améliorer sa capacité à innover en simplifiant la mise à disposition d’infrastructures de test à la demande.

Image 1 – Problème de prédictibilité d’un service

En adressant ces différents points par son approche IaaS (Infrastructure-as-a-Services) du Cloud Computing, Amazon positionne son offre AWS comme une solution de Cloud public incontournable capable de fournir en quelques clics toutes les briques d’infrastructure techniques (VM, Bases de Données, Stockage, Load Balancer, Middleware, etc.) nécessaires à la création d’architectures informatiques virtualisées et performantes quels que soient les besoins, la taille ou les moyens financiers de l’entreprise.

Quels usages d’AWS en France ?

« Quel que soit votre projet IT, il existe une application d’AWS bénéfique pour votre business !! » Cette accroche marketing empruntée à l’entreprise à la pomme pourrait à elle seule résumer les possibilités offertes par AWS. Les experts AWS et leurs clients s’accordent tous à dire que la révolution est en marche et les cas d’application réels sont variés. Voici quelques exemples d’utilisation possibles d’Amazon Web Services ainsi que les services de Cloud permettant leur mise en oeuvre.

Cas d’usage n°1 :

Migrer son parc applicatifs vers AWS permet par exemple d’améliorer la capacité de mise à l’échelle et l’élasticité de ses services professionnels tout en optimisant les coûts d’hébergement grâce à l’outil Auto Scaling capable de gérer automatiquement le démarrage et l’arrêt d’instances EC2 supplémentaires pour s’adapter au trafic utilisateur.

Cas d’usage n°2 :

L’extension d’un Datacenter en utilisant le service Direct Connect pour établir une connexion réseaux dédiée et sécurisée est par exemple un excellent  moyen de faire face à des problématiques ponctuelles (ou permanentes) d’espace de stockage ou de puissance de calcul ; dans ce cas on parle de services informatiques hybrides car motorisées à la fois par des ressources de l’entreprise et des ressources du Cloud.

Cas d’usage n°3 :

Réaliser des traitements ou bien des calculs haute performance à la demande et à un tarif abordable est désormais un rêve rendu possible par  l’étonnant service Elastic Compute Cloud HPC alignant une gamme de serveurs virtuels (grappes) dopés au core XXL et à la bande passante garantie très élevée !

Cas d’usage n°4 :

Mettre rapidement en place des environnements de recette ou de benchmark jetables mais néanmoins sécurisés devient un jeu d’enfant avec le service VPC (Virtual Private Cloud), qui permet de définir un LAN privé avec ses avantages (maitrise de la topologie réseau,  gestion fine des mécanismes de sécurité, isolation, etc.)  à l’intérieur du nuage d’AWS accessible grâce à un tunnel VPN.

La fin ou le début du voyage…

En considérant la quantité et la diversité  des sociétés françaises venues partager leurs meilleures pratiques d’architecture basée sur AWS , il est clair qu’en matière d’adoption du Cloud Computing en France une étape a été franchie. Les bénéfices reconnus du Cloud Computing (public ou privé) parviennent enfin à peser face aux critiques concernant les problèmes juridiques soulevés par les plateformes de Cloud public (la sécurité, la confidentialité et la localisation des données).

La convergence des intérêts des Directions Informatiques et des Directions Financières pour créer davantage de valeur pour l’entreprise en tout en maîtrisant les budgets a donné au géant du e-commerce Amazon l’opportunité de prouver la maturité et l’efficacité de sa plateforme de Cloud Computing. Aujourd’hui, il est intéressant de constater que les solutions d’hébergement et de stockage d’Amazon Web Services ne séduisent plus uniquement les Start-Up de l’ère du digital en manque de moyens mais également des poids lourds de l’industrie Française (Thierry de Vallois himself,  le Directeur de Programme SI de RFF – Réseau Ferré de France – est venu présenter les POCs AWS réalisés par ses équipes) ce qui démontre bien l’intérêt suscité par le Cloud Computing chez nous.

Au final cette journée aura été un véritable succès et le dynamisme caractérisant la plateforme AWS (plus d’une centaines d’innovations depuis son lancement) laisse présager d’une édition 2014 qui témoignera, j’en suis convaincu, de la démocratisation du Cloud Computing en France.

Categories: Cloud Tags: , ,
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks