Accueil > Méthodes Agiles > AGF14: Le bac à sable des agilistes… (1/3)

AGF14: Le bac à sable des agilistes… (1/3)

Quand dans un bureau vous entendez « quelle idée bizarre on pourrait mettre en place pour faire comprendre notre problème ? » les yeux se tournent vers le coach agile qui dans son coin tente de faire tenir ces maudits post-it sur son Personnal Scrumban…

Généralement il va sortir l’activité qui convient aux petits oignons et vous allez encore vous demander « Mais d’où sort-il tout cela ? ».

Inventif, créatif, le propre du coach agile ? Pas obligatoirement, même si ça aide beaucoup.

Le coach agile a lui-même son bac à sable pour essayer ses pratiques, en découvrir de nouvelles, confronter ses idées et expériences : Agile Game France. Cet événement a eu lieu cette année à Lyon les 7 et 8 Février. Pour donner une idée de l’importance de cette 3eme édition, les 60 places se sont vendues en moins d’une semaine. La plupart des grands coachs et agilistes français était là et c’est avec un certain plaisir que nous retrouvons bon nombre de connaissances.

Ce rassemblement est spécifiquement orienté sur les jeux sérieux, le format est celui de l’open-space (« magic space » selon certains), c’est-à-dire qu’il n’y a pas de programme et que chacun peut déclarer qu’il anime un jeu et être suivi par les joueurs intéressés.

Maxime et moi-même allons vous faire un feedback sur les jeux que nous avons pu jouer.

Attention, certains de ces jeux sont à usage unique, nous n’allons donc pas décrire le jeu afin de ne pas perdre l’effet de surprise.

Vendredi début des hostilités !!

Sans programme, la journée a tout de même débuté par un ice breaker :

  • Chaque participant a reçu un autocollant d’un animal qu’il devait coller sur le front du premier venu.
  • Ensuite il fallait retrouver son groupe, sans parler, en mimant l’animal de la personne en face de soi.
Finalement on se prête au jeu et on se retrouve à mimer un chat… (qui était mon animal également…), j’ai donc très vite trouvé mon groupe !!
Après cette mise en bouche, direction le « mur des jeux » pour faire son petit marché (c’est la magie de l’auto organisation) :

Le jeu des cubes

Nous avons commencé par ce premier jeu en commun. C’est un jeu qui est souvent utilisé en séminaire de motivation. Il contient beaucoup d’éléments qui permettent de réfléchir à la manière dont on planifie un projet, comment on se situe au niveau des objectifs. Ce jeu se joue avec de petits cubes. Il permet de valider par l’expérience ses estimations.

Il y a 3 phases :

  1. Fixation de l’objectif (nombre de cubes que l’on peut empiler en 1 min)
  2. Réalisation
  3. Apprentissage

Il y a également un système de point :

  • +2 points par cube à l’intérieur de son objectif
  • -2 points par cube en dessous de son objectif
  • +1 point par cube au dessus de son objectif

On peut voir que la prise de risque peut être payante mais qu’une erreur de manipulation peut être très préjudiciable… Cet atelier est très intéressant, car il met bien en lumière les mécanismes d’engagement et ce que l’on ressent vis-à-vis de contraintes que l’on se fixe ou qui sont fixées.

Lego Serious Play

Nous n’avons pas joué ce jeu, mais Maxime l’a observé.

LSP ce n’est pas nouveau, c’est la méthode interne à la société LEGO qui a été licenciée et qui est maintenant vendue. Plus d’explication ici. Le guide de la méthode est open source ici.

Côté matériel, la société LEGO a tout une gamme :

  • le starter kit qui est individuel (1 par participant) et permet de mettre les gens dans la dynamique. Il contient une gamme de pièces très hétérogènes qui permettent de facilement réaliser ce que l’on a dans la tête.
  • 3 kits collectifs (jusqu’a 100 personnes) qui sont axés sur les fenêtres, les connexions et les briques. Ce jeu a très bien marché, il montre un outil puissant qui est à comparer à une product box .
 Je vous en parlerai dans un article dédié.

Cartons bleus

Ensuite nous avons assisté à un nouveau jeu d’Alexandre qui permet de montrer les jeux politiques qui peuvent avoir lieu au sein d’une entreprise et l’impact en termes de gain. Le jeu consiste à distribuer 4 binômes aux 4 coins de la salle (donc 8 joueurs), de leur remettre à chacun un carton bleu et un carton jaune, puis de leur demander de choisir un des cartons 12 fois de suite. Des points sont marqués en fonction des combinaisons, en sachant que s’il n’y a qu’un seul jaune c’est le jackpot pour le jaune, et que s’il y en a plusieurs, tous les jaunes perdent des points.

Le jeu est intéressant dans sa forme mais il est plutôt difficile à débriefer. En effet le constat est assez évident et même si le jeu fonctionne bien, je me demande dans quel cas l’utiliser. Peut-être en ice breaker, pour démarrer une séance de travail ?

Pompafric

Encore un jeu d’Alexandre qui était testé :-)

L’université Pompafric fournit des stagiaires pour des start-up, mais combien de temps va-t-elle pouvoir en fournir ? Un jeu intéressant, là encore sur la notion de bien collectif par rapport au bien individuel.

Tous les ans, notre startup perd des employés (ce qui nous fait perdre de l’argent). Pour compenser ces pertes, on peut embaucher jusqu’à l’équivalent de la moitié de ces effectifs. Pour cela on effectue nos demandes de stagiaire à l’université… mais va-t-elle les satisfaire ?

Le jeu marche bien et même si nous avons quelques remarques sur les règles du jeu, il m’a appris beaucoup de chose sur la posture à aborder quand on se retrouve à utiliser une ressource commune.

Pause déjeuner

Alors non ce n’est pas un jeu… juste l’heure d’aller manger :-)

La suite dans un prochain article 😉


2 + huit =